Sélectionner une page

Chaque être humain de ce monde possède un caractère, que l’on nomme aussi personnalité. Celle-ci se forge principalement avec les évènements de la vie, l’éducation et la génétique. Chaque personne a donc ses propres façons de réagir à une même situation. Il s’agit de mécanisme de défense. C’est pourquoi chaque individu est unique, avec ses forces et faiblesses, ses qualités et ses défauts. Cependant, quelquefois, la personnalité d’un individu peut grandement faire souffrir celui-ci et/ou son entourage. C’est ce que l’on nomme communément les troubles de la personnalité. 

Nous verrons donc ensemble dans un premier temps ce qu’est exactement un trouble de la personnalité. En analysant également d’où celui-ci peut provenir. Je vous décrirai ensuite les principaux troubles de la personnalité existants, lesquels ont été catégorisés en groupes par le DSM-5 (Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux). Enfin, je vous donnerai quelques solutions afin de vous permettre de soulager votre trouble de la personnalité, pour que celui-ci n’empiète plus sur votre évolution personnelle. 

Je tiens à préciser que si vous souffrez de troubles anxieux, vous n’avez pas obligatoirement un trouble de la personnalité. Mais je vous invite tout de même à lire cet article afin de vous en assurer. Car quelquefois, anxiété et trouble de la personnalité sont liés. Donc bien souvent, agir sur un trouble de la personnalité aidera concomitamment à soulager vos troubles anxieux. Et pour agir sur celui-ci, vous devrez en prendre conscience.

Table des matières

Troubles de la personnalité : définition 

– Définition générale

Nous avons donc vu que la personnalité se développait par rapport à divers facteurs. On peut dire que celle-ci se stabilise à l’adolescence. Cependant, quelquefois, certains traits négatifs de ladite personnalité peuvent s’aggraver, se rigidifier et se figer. Dans ces conditions, l’individu a de plus en plus de mal à s’adapter à la société. Il est bien souvent différent de la norme sociale. Que cela soit volontaire ou non. La personne peut donc rencontrer de grandes difficultés émotionnelles et relationnelles. Certains aspects de sa personnalité sont également immatures. Tout cela peut donc provoquer une grande souffrance mentale chez elle. Souffrance pouvant développer, par exemple, des troubles anxieux chroniques.

– La souffrance des proches 

Bien souvent d’ailleurs, la souffrance n’impacte pas que l’individu. Les proches souffrent également beaucoup. Car ils se sentent impuissants à aider celui-ci et ont, quelquefois, bien du mal à le comprendre. Ils peuvent d’ailleurs éprouver de la colère à l’égard de la personne. Et également être interloqués par la contradiction donc peut faire preuve celle-ci dans certains troubles de la personnalité. 

– Le degré d’handicap et la concomitance de certains troubles de la personnalité

Il faut également savoir qu’un trouble de la personnalité n’est pas forcément une maladie mentale. La personne peut réussir à vivre avec sans que cela ne lui soit trop préjudiciable, à elle comme à son entourage. Le problème survient quand le trouble handicape trop sa vie et/ou celle d’autrui. De plus, il est bon de préciser qu’un individu peut également souffrir de plusieurs troubles de la personnalité. Certains sont en effet souvent liés de par leur ressemblance. Une personne antisociale, par exemple, sera bien souvent également borderline.

– Le degré d’insight

Enfin, certains troubles de la personnalité peuvent être plus handicapants que d’autres. C’est souvent le cas pour les troubles de la personnalité à faible insight (prise de conscience). Car, comme je l’ai précisé plus haut, comment voulez-vous travailler sur un trouble si vous n’avez même pas conscience de celui-ci ?

Troubles de la personnalité : d’où viennent-ils ?

Un trouble de la personnalité étant une aggravation de la personnalité, celui-ci provient plus ou moins des mêmes facteurs. Tels la génétique et l’éducation. Des cas de maltraitance et d’abus dans l’enfance, par exemple, peuvent rendre le futur adulte froid, sans sentiment. Ayant en effet un carence affective provenant de son enfance, celui-ci sera donc susceptible d’avoir une personnalité limite ou antisociale, par exemple. 

Bien souvent également, l’éducation joue grandement sur l’estime qu’une personne peut avoir vis-à-vis d’elle-même. Une trop faible estime de soi peut avoir de lourdes conséquences mentales telles que, par exemple, faire développer une personnalité évitante, ou dépendante. Un amour de soi trop fort, à contrario, peut engendrer une personnalité narcissique. Vous comprendrez tout de même qu’une trop grande estime de soi est tout aussi néfaste qu’une faible estime de soi. Toutes deux pouvant engendrer des troubles de la personnalité. Le tout est donc de s’aimer pleinement, c’est-à-dire ni trop, ni trop peu.

Enfin, un ou plusieurs traumatismes subis par un individu peuvent clairement jouer sur son bien-être, son développement personnel et donc, sur sa personnalité. Bon nombre de troubles de la personnalité proviennent d’ailleurs de traumatismes non traités. Je vous laisserai consulter mon article sur le traumatisme pour plus d’informations.

Troubles de la personnalité : les différents groupes 

         1- Groupe A : les personnalités distantes 

                   – La personnalité paranoïaque : 

Comme son nom l’indique, la personne à tempérament paranoïaque est extrêmement méfiante à l’égard des autres. Elle met souvent leur parole en doute et leur porte souvent de mauvaises intentions. Cela est cependant bien souvent irrationnel

Celle-ci utilise donc souvent comme mécanisme de défense la projection. Il s’agit, dans ce mécanisme, de faire porter aux autres les propres critiques que nous émettons à notre encontre. Le fait d’ailleurs de subir des critiques est insupportable pour l’individu, étant donné que celui-ci est extrêmement susceptible. Il peut donc développer une forte rancune envers les personnes lui ayant fait du mal et peut, par conséquent, se montrer très agressif.

Paradoxalement, cette personne possède un orgueil assez conséquent. Elle est donc assez égocentrique et se sent souvent supérieure à la masse. Cela peut donc la rendre autoritaire. Ce sentiment de supériorité la pousse d’ailleurs à s’isoler, estimant les autres moins bons qu’elle. Celle-ci se sent donc incomprise. Ce sentiment peut donc l’amener à l’isolement social. 

Cette personnalité est d’ailleurs bien souvent psychorigide et déteste, de ce fait, subir des échecs. 

Si ce trouble n’est pas traité ou que celui-ci s’aggrave, le risque, pour la personne, est de développer divers troubles mentaux, tels que l’hypocondrie, la dépression voire, dans le pire des cas, la vraie maladie psychiatrique qu’est la paranoïa. 

              – La personnalité paranoïaque/sensitive 

Il existe également une autre forme de trouble de la personnalité paranoïaque, se nommant la personnalité sensitive. Cette personne a également un orgueil développé, mais fait également preuve, paradoxalement, d’un grand manque d’estime pour elle-même. Elle souffre d’ailleurs beaucoup de son état. Voyant bien souvent le verre à moitié vide. Et qui dit sensitivité dit émotivité, la personne sensitive pourra donc, souvent, du fait du trop-plein d’énergie dépensé, se sentir asthénique (fatigue régulière et anormale). Sa sensibilité pourra donc la faire se sentir différente des autres et donc, l’encourager au repli sur elle-même. 

               – La personnalité schizoïde :

La personnalité schizoïde ne se sent souvent bien qu’avec elle-même. Elle adore justement vivre dans son imaginaire, lequel est extrêmement riche. Celle-ci se réfugie donc dans son monde intérieur. 

De ce fait, cette personne n’a aucun intérêt pour les relations sociales, n’étant bien qu’avec elle-même. Elle se fiche d’ailleurs d’appartenir ou non aux normes sociales. Les autres la verront d’ailleurs comme une personne froide. Celle-ci n’exprimant en effet pas ses émotions. Elle ressent d’ailleurs peu de choses en elle. Celle-ci manque d’ailleurs de plaisir, que cela soit dans le domaine sexuel ou de manière plus générale.

Ce trouble de personnalité, s’il n’est pas traité, peut mener la personne à la dépression ou peut être la voie d’évolution vers la schizophrénie

              – La personnalité schizotypique :

La personnalité schizotypique ne passe, en général, pas inaperçue. Car la personne peut avoir des comportements étranges qu’autrui peut remarquer. Elle peut d’ailleurs s’exprimer étrangement, avec des phrases pleines de métaphores, par exemple. Elle peut d’ailleurs être persuadée d’avoir un don particulier et en informer ardemment autrui. Cet individu peut d’ailleurs avoir une manière très particulière de s’habiller, un style bien original.

Intérieurement, l’individu peut être en proie à des croyances et pensées étranges. Il est d’ailleurs sujet aux pensées magiques et aux ruminations obsessionnelles. De par ses pensées particulières, celui-ci fuit donc bien souvent les autres, le menant, par conséquent, à l’anxiété sociale. Cette personne n’a donc pas beaucoup d’amis, se méfiant de bon nombre de gens. Une pointe de paranoïa est donc présente. Celle-ci aura donc par conséquence tendance à s’isoler.

Au niveau corporel et sensoriel, la personnalité schizotypique peut souvent ressentir des sensations corporelles inhabituelles et donc, être victime de troubles de dépersonnalisation et de déréalisation. 

A la longue, si ce trouble de la personnalité n’est pas traité, la personne concernée peut sombrer dans la dépression voire même, dans certaines addictions, telles la toxicomanie.

          2- Groupe B : Les personnalités impulsives

           – La personnalité antisociale, psychopathe ou sociopathe :

Cette personne ne pense généralement pas aux autres et même, n’hésitera pas à les écraser pour satisfaire ses besoins. Elle n’hésitera pas à user de manipulation à leur égard. Celle-ci a aussi une grande colère en elle et ne tolère aucunement la frustration. De ce fait, elle sera bien souvent indifférente aux Lois et ne les respectera, de ce fait, pas. Et même en se faisant avoir, elle ne tirera jamais de leçon de ses erreurs et continuera donc à en faire.

Bien souvent, ce type de personnalité est adepte de substances illicites et de par sa vie mouvementée, pourra donc souvent faire l’objet d’incarcérations et même, envisager le suicide. 

               – La personnalité psychopathique : 

Ceci est une variante de la personnalité antisociale. La personnalité psychopathique a bien souvent subi, dans son enfance, une carence affective. Résultat, à l’adolescence, celle-ci vrille souvent dans la délinquance et semble souvent sujette aux fugues. plus tard, cette personnalité manquera cruellement d’empathie à l’égard de ses pairs et pourra donc faire preuve de beaucoup d’agressivité et de violence vis-à-vis d’eux. Car, étant donné qu’elle n’a jamais reçu d’amour, celle-ci n’aura donc aucun amour à offrir. Elle ne ressent donc pas d’affection pour les autres et donc, n’aura jamais aucun remord en leur faisant du mal.

Cet individu ne ressentira donc aucune culpabilité et aucune anxiété non plus. Sa vie sera bien souvent instable, celui-ci faisant, bien souvent, preuve d’irresponsabilité. Ses relations seront également très superficielles, servant seulement à assouvir ses intérêts. Celui-ci est également très orgueilleux et aura par conséquent de grandes difficultés à s’adapter aux normes sociales. 

Bien souvent, cette personne deviendra adepte de l’escroquerie et pourra également sombrer dans l’alcool et la toxicomanie. Dans le pire des cas, cet individu pourra même devenir marginal au point de nuire gravement à autrui, tel qu’en devenant, par exemple,  un violeur. 

Bien souvent, cette personnalité, de par sa vie mouvementée, peut sombrer dans la dépression et rencontrera, quelquefois, une mort précoce. 

               – La personnalité sadique : 

Il s’agit également d’une autre variante de la personnalité antisociale. Cette personnalité trouvera généralement son bonheur et son excitation par le fait d’humilier les autres et de les terroriser. En leur mettant la pression intentionnellement, par exemple, lui donnant une sensation de contrôle à leur égard.

Dans le pire des cas, cet individu pourra devenir très agressif et commettre des actes cruels, juste pour son plaisir, allant même jusqu’à séquestrer autrui.

                – La personnalité borderline : 

Egalement appelée la personnalité limite, qui est la structure entre la névrose et la psychose, le borderline a souvent été sujet à une grande blessure d’abandon

Celui-ci aura souvent de grandes difficultés dans sa vie. Ses relations seront bien souvent superficielles et instables, même s’il fera preuve, bien souvent, d’une grande sociabilité. Il pourra également ressentir un fort mal-être, s’exprimant par une angoisse générale, de l’agressivité, de l’hystérie, des TOCS, des phobies et une dépression pouvant aller, dans les cas extrêmes, jusqu’au suicide. Il sera également adeptes aux substances illicites jusqu’à en devenir toxicomane. L’alcoolisme pourra également l’atteindre. Son mal-être le poussera également, quelquefois, à s’automutiler. 

                – La personnalité histrionique :

Ou personnalité hystérique. Cette personne a un énorme besoin d’attention. Car elle a, en réalité, une grande dépendance affective. Elle fera donc tout ce qui est en son pouvoir pour obtenir ce qu’elle veut. Et pourra donc être très manipulatrice. Pour assouvir son besoin d’attention, elle n’hésitera pas à user de la séduction. Ses relations pourront donc bien souvent être superficielles. Égocentrique, elle s’exprimera souvent de manière théâtrale. 

Cet individu a en fait des troubles émotionnels, le rendant hyperémotive et colérique. Il ne tolère d’ailleurs pas la frustration. Il pourra, de ce fait, être sujet aux troubles anxieux et également aux somatisations. Quelquefois, si ces troubles émotionnels ne sont pas traités, il pourra également sombrer dans la dépression.

Dans certains cas, cette personne aura également une personnalité psychopathique. Quand elle souhaitera donc trop attirer l’attention, celle-ci pourra faire des crises d’agitation spectaculaires devant autrui. Elle sombrera bien souvent dans diverses addictions, même sexuelles. Ou pourra également, au contraire, faire preuve d’une grande frigidité. Ce sera, bien souvent, une personnalité instable.

              – La personnalité narcissique : 

En général, cette personnalité se reconnaît aisément de l’extérieur. Elle est en effet très mégalomane, est certaine de sa beauté et a un grand besoin d’être admirée. Très souvent, cette personne sera détestable aux yeux d’autrui, vu sa tendance à se sentir extraordinaire pour la moindre action qu’elle entreprendra.  Sa tendance à se montrer hautaine envers certains et à courir après les personnes qu’elle pense “prestigieuses”, haut-gradées, ne manquera pas, également, de la rendre détestable. Elle mettra cependant de côté cette tendance si elle souhaite manipuler autrui. Elle manque en effet cruellement d’empathie et n’hésitera donc pas à utiliser les autres pour arriver à ses fins. Cet individu est donc, bien évidemment, égoïste. Il ne se remettra d’ailleurs jamais en question et donc, explique le fait que les autres le détestent par de la jalousie mal placée de leur part.

Je pense que vous avez déjà dû entendre parler des pervers narcissiques ? Eh bien, on peut dire que ceux-ci font partie de cette catégorie. On peut souvent rencontrer ce type de personnes chez certains patrons, leaders, lesquels sont adeptes du harcèlement moral, n’hésitant pas à mettre une pression intense à leurs employés et à les humilier.

Evidemment, ce type de personnalité cache une grande fragilité psychologique. Bien souvent, si tout ne fonctionne pas comme elle le souhaite, celle-ci pourra sombrer dans la drogue, la dépression voire même, dans l’anorexie, si obtenir un corps parfait devient une fixation pour elle. 

         3 – Groupe C : Les personnalités effacées  

              – La personnalité évitante : 

Cette personne est en proie à une grande blessure de rejet. De ce fait, elle n’a aucune estime pour elle et se sent clairement inférieure à ses pairs. Elle aura donc énormément de mal à se sentir bien en société. Voulant à tout prix éviter d’être le centre d’attention, celle-ci se mettra bien souvent en retrait dans les situations sociales. Si cela est d’ailleurs trop difficile pour elle, le risque est donc d’éviter lesdites interactions sociales et de s’isoler de plus en plus. Cela peut amener, dans le pire des cas, à l’agoraphobie

Cette personnalité ressent donc un profond mal-être intérieur, de par son manque d’estime pour elle. Elle sera donc bien souvent également hypersensible et aura extrêmement de mal à s’adapter à la nouveauté et à tout changement. De plus, toute épreuve négative, même minime, sera très difficile à vivre pour elle. Vivre peut, en réalité, s’avérer être une épreuve de tous les jours. 

           – La personnalité psychasthénique :

Nous pouvons aussi l’appeler la personnalité dépressive. Ses pensées sont bien souvent pessimistes, ce qui peut l’amener, bien évidemment, à développer divers troubles, tels que les troubles anxieux dont les TOC et l’hypocondrie. Mais également d’autres maux tels que la dépression ou le développement d’addictions comme l’alcool ou le tabac. Et ce, afin de soulager la culpabilité qu’elle peut ressentir à être comme cela sans pour autant, réussir à se ressaisir. 

Donc, bien souvent, celle-ci ne ressentira pas beaucoup de plaisir en général et même dans le domaine sexuel. Son énergie étant concentrée sur ses états négatifs, celle-ci se sentira donc bien souvent sans énergie, fatiguée. Elle n’aura donc pas beaucoup de volonté pour faire changer les choses. Elle se réfugie bien souvent dans son monde intérieur et imaginaire, ce qui aura pour conséquence de lui faire manquer d’attention pour le monde extérieur. Cet individu aura donc tendance à s’isoler. Quelquefois cependant, le contraire se produit. Cette personne pourra en effet être très perfectionniste et donc, être très agitée et ce, afin que tout soit toujours parfait. De l’extérieur, elle peut également sembler amaigrie.

           – La personnalité dépendante :

Cet individu a développé une grande blessure d’abandon. Du coup, celui-ci fera tout pour ne pas être abandonné par autrui. Pour cela, il n’osera jamais exprimer ses besoins et opinions, de peur que ceux-ci ne soient pas appréciés par les autres. Il fera donc bien souvent preuve de soumission, tout en prenant bien soin de ne jamais contrarier ses semblables. Le principal étant en effet, pour lui, de ne jamais être seul. 

De plus, ayant une très faible estime d’elle-même, cette personne se sentira incapable, de manière générale, de gérer sa vie seule. Elle aimera donc souvent que les autres prennent les décisions à sa place, car elle ne pourrait supporter de prendre une mauvaise décision. Elle préfèrera également que l’on s’occupe d’elle, vu qu’elle pense que le gens gèrent forcément mieux ce qu’ils entreprennent qu’elle. Cette personnalité aura également besoin d’être rassurée très souvent, ne croyant pas en elle-même.

    – La personnalité obsessionnelle-compulsive : 

Cette personnalité ne doit pas être confondue avec les TOC. Les deux peuvent en effet être liés, mais cela n’est pas toujours le cas. Celle-ci, que vous pouvez également nommer POC, aime suivre scrupuleusement les règles et les ordres de ses supérieurs, si elle en a. Il s’agit, en fait, de perfectionnisme. 

Cette personne a bien souvent du mal à se laisser aller. Elle ne prend donc pas vraiment plaisir à ce qu’elle fait. Car tout n’est que tâche pour elle. Donc, même si celle-ci semble pratiquer un loisir, tel un sport, par exemple, sachez que cela ne sera pas vu comme un loisir pour elle, mais plutôt comme une tâche de plus à accomplir pour s’entretenir. Elle planifie d’ailleurs tout, la notion de lâcher-prise lui étant inconnue. Elle pourra quelquefois s’intéresser au collectionnisme. Cet individu est finalement très formel et n’apprécie d’ailleurs pas les gens exprimant leurs émotions. 

D’ailleurs, au travail, celui-ci sera bien souvent difficile à vivre. Étant autoritaire et sérieux, il se méfie grandement des autres et surtout, de leurs capacités. Très rigide, il pense être le seul à faire correctement les choses et refusera donc de déléguer. Et s’il le fait, il faut impérativement que cela soit fait à sa manière. De plus, étant un intellectuel, celui-ci aura beaucoup de mal à pratiquer d’autres activités que son travail.

         4 – Groupe indéterminé 

           – La personnalité masochiste 

Cette personne est une professionnelle de la culpabilité. Elle se sent en effet responsable de tout ce qu’il se passe. Bien qu’il soit bon, en effet, de prendre ses responsabilités sans se victimiser, trop le faire n’est cependant pas recommandé. Je dirais même que le fait de toujours penser que tout est constamment de sa faute peut la faire entrer, justement, dans une posture de victime. Son caractère est bien évidemment pessimiste. 

Cet individu se sacrifie souvent pour les autres dans le but d’assouvir son besoin de se sentir utile. Les autres peuvent même le voir comme une personne très humble. Mais cependant, ils sont loin de se douter que cette humilité n’est pas sincère

Enfin, cette personnalité, ne pensant pas mériter le bonheur, ne peut tolérer que de bonnes choses puissent lui arriver. Quand cela se passe, généralement, elle fera donc tout pour saboter son bonheur et retomber dans ses démons. D’où le terme de masochiste.

         – La personnalité passive-agressive

Cette personnalité et en proie à un paradoxe. D’un côté, elle est passive, dans le sens où elle n’aime pas le conflit et ne veut pas d’histoire. Et d’un autre côté, elle refuse de se soumettre à quiconque quand quelque chose la dérange. Résultat, elle passera légèrement à l’action, afin qu’autres comprennent tout de même bien qu’ils la dérangent. Cependant, ceux-ci pourront être particulièrement agacés par cette façon de procéder, dans la mesure où la personne ne s’exprime pas clairement. 

En gros, il s’agit d’une agressivité s’exprimant, mais pas trop. D’où le terme paradoxe. C’est le cas, par exemple, d’un employé en voulant secrètement à son patron. Au lieu de lui dire clairement ce qui ne va pas, il préfèrera se mettre en arrêt-maladie régulièrement et surtout, lors des moments où il ne faudrait pas. Et si, par hasard, le patron lui demande directement des comptes, celui-ci serait capable de faire semblant de ne pas comprendre, d’expliquer qu’il n’y a pas de problème. Il est donc très difficile d’appréhender un individu de ce genre. 

En réalité, cette personnalité à une tendance à la lâcheté, en n’exprimant pas clairement ce qu’elle ressent, mais a également une tendance au courage, en montrant son mécontentement. Sauf que cela n’est pas exprimé de manière adaptée.

Troubles de la personnalité : solutions pour les soulager 

Les troubles de la personnalité ayant tendance à se figer avec le temps, il est difficile de travailler dessus. C’est d’ailleurs surtout le cas pour les personnalités à faible insight, telles que la personnalité narcissique, par exemple. Car, si un individu ne voit aucun problème dans sa personnalité, comment pourrait-il changer ?

Donc, pour ce genre de personnalité, il faudra peut-être déjà passer par la case médicaments, pouvant l’aider, en effet, à prendre conscience de son trouble.

Ensuite et afin que votre personnalité ne vous gâche plus la vie, sachez que des thérapies telles que la psychothérapie et la psychanalyse peuvent grandement vous aider à atteindre cet objectif. La méthode EMDR aurait également fait ses preuves dans les troubles de la personnalité. 

Enfin et surtout, augmentez la conscience de votre trouble au maximum. Il n’y a en effet que comme cela que vous pourrez aller mieux. Pour cela, il est indispensable de prendre vos responsabilités et de ne plus rejeter la faute sur les autres. Que cela concerne votre éducation ou autre. Car, si vous restez bloqué à l’extérieur de vous alors que nous n’avez aucun contrôle sur l’extérieur, vous ne pourrez changer. 

Mais surtout, gardez la foi. Car si vous travaillez dessus, votre trouble de la personnalité n’en sera plus un. Vous aurez une personnalité, certes, mais qui n’impactera plus sur votre bien-être ou celui des autres.