Sélectionner une page

Tout le monde est susceptible, c’est humain. Cependant, certaines personnes possèdent une susceptibilité hyper développée qui est loin de leur faciliter le quotidien. Elles souffrent de ce trait de caractère. Certaines peuvent même ne pas être conscientes de l’être. Et en plus de faire souffrir l’individu concerné, votre entourage est aussi affecté. Si une personne vous fait une critique constructive, vous le prenez tout de même très mal. Vos proches doivent constamment marcher sur des œufs avec vous et faire très attention à leur propos. En effet, vous les interprétez bien souvent négativement. Vous vous plaignez que vos semblables vous cachent des éléments et n’apparaissent pas totalement francs avec vous : ils ont bien trop peur de votre réaction. Votre susceptibilité pathologique gâche votre existence et par la même occasion, celle de vos proches ? Comment vous en libérer ?

La susceptibilité, c’est le fait de surréagir à la moindre remarque d’autrui. Par rapport à la personnalité de l’individu, les réactions demeurent différentes. Il peut y avoir de l’agression directe, comme se mettre en colère ouvertement. L’individu peut également exprimer son mécontentement de manière plus indirecte, mais visible, telle que bouder. Ce qui ne fait pas avancer la situation et peut provoquer, à la longue et à force de ruminations, de la rancœur à l’égard de l’autre. Enfin, il pourra se sentir honteux après une critique et se replier sur lui-même, et ce, sans avoir, au préalable, exprimé ce qu’il ressentait.

Par contre, un individu peut très bien apparaître susceptible par rapport à certains sujets seulement, ceux le touchant tout particulièrement. 

Par exemple, si la personne se trouve fragile et que cette pensée engendre chez elle une blessure importante, si quelqu’un a le malheur de le dire, c’est la catastrophe. Déjà, elle aura l’impression d’avoir été démasquée malgré ses efforts pour le cacher et de plus, l’autre va appuyer, sans le savoir, sur une plaie profonde. La personne va alors croire qu’elle a raison, qu’elle est bel et bien fragile, vu que les autres le disent aussi. Son estime d’elle-même n’ira donc pas en s’arrangeant. 

Cependant, si quelqu’un prétend qu’elle est égoïste et que ce n’est pas le cas ou qu’elle ne le pense pas d’elle-même, elle n’en tiendra, en général, pas rigueur. La critique lui passe au-dessus de sa tête. 

Voyons maintenant les trois types de personnalités pouvant présenter ce trait de caractère.

Le timide

Le timide n’aura en général pas une grande confiance et estime de lui. Il se pense automatiquement inférieur à ses pairs. Le fait d’avoir des remarques d’autrui peut alors l’amener à devenir susceptible. En effet, vu qu’il ne s’aime pas suffisamment, il cherche à combler ce vide par l’amour des autres. Une réflexion lui étant faite est donc synonyme de rejet et de manque d’affection de la part de ses semblables. Ce qui est bien évidemment intolérable pour lui, étant donné que c’est ce qu’il recherche.

Le narcissique

La personnalité narcissique est souvent l’apanage des enfants-rois devenus adultes-rois, voire adultes-tyrans. Ces adultes possèdent généralement un fort égo et se pensent supérieurs aux autres. Ils méritent donc forcément, d’après eux, un traitement différent. Cependant, ils se rendront vite compte que ce n’est pas le cas et que le monde autour d’eux est loin de répondre à toutes leurs attentes. Ils pourront ainsi développer un caractère très susceptible. En effet, étant donné qu’ils sont supérieurs à tous, personne n’a le droit de leur dire quoi que ce soit.

Le paranoïaque

La personnalité paranoïaque (à ne pas confondre avec la vraie maladie psychotique qu’est la paranoïa) utilise souvent le mécanisme de projection. C’est-à-dire qu’elle projette ses propres sentiments sur les autres et n’a pas conscience que ce qu’elle ressent ne vient que de son propre état interne. 

Par exemple, une personne se sent de mauvaise humeur en se levant le matin. Quand elle arrive au travail, elle trouve que son patron n’a pas l’air de se trouver dans de bonnes dispositions. Alors qu’en réalité, il va très bien. C’est juste qu’elle projette sur lui son propre moral maussade du moment. 

Certaines personnes utilisent ce mécanisme très souvent, en se méfiant de tout et en pensant que les autres leur veulent du mal, les trouvent grosses, bêtes, fragiles, etc. alors que ce n’est pas du tout le cas et que ce sont plutôt elles qui pensent ce genre de propos sur elles-mêmes. 

Agressivite

Origine de la susceptibilité 

Même si tout le monde reste un peu susceptible, le fait de l’être de manière extrême trouve forcément son origine quelque part.

Le traumatisme conscient ou inconscient

La susceptibilité peut venir à la suite d’un événement non digéré par l’individu. Prenons l’exemple d’une personne ayant été victime de harcèlement scolaire. Si elle a été insultée sur son physique, plus tard, elle pourra ne pas supporter la moindre critique sur son apparence. Le fait d’émettre un jugement à ce sujet peut faire revivre à la personne des scènes douloureuses étant survenues à l’enfance. Voilà pourquoi elle surréagit autant.

La seule manière de sortir de ce cercle vicieux reste de travailler sur le traumatisme. Cependant, ce trouble peut quelquefois demeurer inconscient. Dans ce cas, il faudra œuvrer plus en profondeur sur soi. Vous pouvez aller consulter mon article sur le traumatisme si vous souhaitez en savoir plus. 

L’hypersensibilité

Je vous invite en premier lieu à aller sur mon article concernant l’hypersensibilité afin de bien comprendre ce tempérament. Après l’avoir lu, vous comprendrez donc qu’hyperémotivité et susceptibilité sont souvent liées, ce qui est normal. En effet, une personne hypersensible voit ses émotions exacerbées, se trouve à fleur de peau. Elle surréagit exactement comme l’individu susceptible. 

La susceptibilité peut également provenir d’un sentiment d’infériorité dû à un manque de confiance en soi, poussant au besoin de reconnaissance et d’amour de la part des autres. 

 

Ce que pensent les gens moins susceptibles 

Bien souvent, la personne susceptible, par ses comportements, veut faire passer comme message qu’elle s’est sentie blessée, non respectée voire, humiliée. Cependant, elle ne s’y prend pas de la bonne manière, même si elle pense le contraire. Elle ne s’affirme pas, mais boude, agresse, se replie sur elle-même, etc. d’ailleurs, en ayant ce genre de comportement, le susceptible remarque que les autres n’osent plus rien lui dire. Il peut croire que cette réaction d’autrui vient de son fort caractère. Il se pense ainsi respecté alors que ce n’est pas forcément le cas. Cette croyance l’encourage de ce fait à continuer de réagir de la sorte.  

Cependant, si son entourage n’ose plus rien dire, ce n’est pas par peur ou par respect. C’est surtout qu’il ne sait plus sur quel pied danser. Ce genre d’attitude l’agace et donc, il peut en venir à ne plus rien dire du tout. Il peut même penser que ce type de comportement apparaît enfantin, ridicule ou égocentrique. 

Liens entre susceptibilité et troubles anxieux 

Une personne susceptible n’est pas forcément anxieuse. Cependant, ces deux éléments peuvent être liés. Car l’anxiété reflète de la même façon une mauvaise gestion des émotions, c’est un trouble émotionnel. Et vu que le susceptible surréagit, c’est que lui aussi ne maîtrise pas bien ses émotions. 

Une personne souffrant de troubles anxieux peut donc également apparaître susceptible dans le sens où elle se sent anormale et fragile. Elle peut alors être profondément blessée à cet égard et réagir de manière extrême si quelqu’un lui fait ce genre de réflexion. 

 

Hypersensibilite

Comment soigner la susceptibilité pathologique ? 

Nous allons maintenant voir ensemble les solutions afin d’atténuer ce trait de personnalité. Vous verrez que vous vivrez beaucoup mieux ensuite.

Travailler votre confiance en vous

La confiance en soi est la racine du bien-être psychologique. Une personne manquant de confiance en elle sera donc sujette à certains troubles plus ou moins importants, au regard du degré de manque de confiance. Je vous invite à aller consulter l’article que j’ai rédigé à ce sujet sur la confiance en soi, laquelle s’avère primordiale pour vous débarrasser de ce trouble.

Vous affirmer  

S’affirmer va un peu de pair avec la confiance et l’estime de soi, vu qu’il s’agit d’un mode de communication sain. Je vous invite par conséquent à lire mon article à ce sujet. 

Ainsi, dès que vous vous sentez blessé, il ne faut pas avoir peur de le dire à l’autre, mais votre discours doit opter pour le style affirmatif. Car si vous gardez tout pour vous, votre susceptibilité n’ira pas en s’arrangeant et vous accumulerez de la rancœur. 

Comprendre que les gens ont d’autres préoccupations que vous 

 

Bien souvent, une personne susceptible a besoin de l’amour de ses semblables pour se sentir bien, étant donné qu’elle ne s’en donne pas assez. Elle fait donc extrêmement attention au regard des autres. Trop attention d’ailleurs. Je vous invite à cet égard à aller sur mon article concernant le jugement d’autrui. Il faut bien que vous compreniez que même si, au pire des cas, quelqu’un vous critique, son intérêt sera vite portée sur quelqu’un d’autre. Parce que vous n’êtes pas son centre du monde. Et qu’elle a aussi d’autres occupations, du moins, j’espère pour elle. Car si elle parle de vous constamment, c’est que vous l’intéressez probablement et qu’elle éprouve un mal-être intérieur. 

Et si le regard des autres est trop difficile à supporter pour vous, Didier PENISSARD, coach et auteur en développement personnel, peut vous aider, grâce à son programme, à passer outre cela. N’hésitez pas à aller jeter un oeil audit programme en cliquant sur le bouton ci-dessous :

Ressentir vos blessures

Quand une personne critique un point de votre personnalité, je vous invite à réaliser cet exercice, dans l’immédiat ou un peu plus tard dans la journée. Mais faites-le, car ressentir ses émotions reste extrêmement important. Il ne faut surtout pas rester dans le déni, lequel peut avoir, à la longue, des conséquences vraiment néfastes sur vous. J’ai d’ailleurs rédigé un article sur le refoulement des émotions.

1 — Ressentir vos émotions

Le principe de cet exercice est le suivant. Quand vous vous sentez blessé par une réflexion que quelqu’un a pu vous faire, posez-vous et prenez le temps de ressentir. Tout d’abord, mettez un ou des mots sur ce que vous ressentez. Vous sentez-vous anxieux ? Triste ? Choqué ? Frustré ? Furieux ? Vous l’aurez compris, il vous faut nommer vos émotions, c’est très important. 

Ensuite, prenez le temps d’analyser vos ressentis par rapport à la personne. Vous sentez-vous trahi ? Abandonné ? Blâmé ? Ridiculisé ? Sali ? 

2 — Ressentir vos sensations physiques

Après avoir nommé vos ressentis, mettez maintenant des mots sur les sensations corporelles ressenties à ce moment. Quelquefois, rien que le fait de repenser à une scène vous ayant blessé peut vous faire ressentir les mêmes sensations physiques ! Votre cœur a commencé à palpiter ? Vous avez senti des bouffées de chaleur monter ? Vous vous êtes mis à trembler ? Avez-vous eu des vertiges ? Ou une sensation d’irréalité autour de vous ?

3 — Trouver vos blessures

Ensuite, posez-vous la question suivante : de quoi avez-vous peur pour vous dans cette situation ? D’être rejeté ? Trahi ? Humilié ? Abandonné ? Que l’on apparaisse injuste envers vous ? 

Ressentir vos blessures, c’est en prendre conscience. Les conscientiser vous servira alors à entreprendre des actions efficaces correspondant aux blessures concernées. En effet, si vous niez vos souffrances, le chemin que vous pouvez emprunter pour y trouver une solution s’avèrera souvent être le mauvais. 

Cette étape vous permettra donc de prendre la bonne direction. 

Réagir avec humour  

Si vous vous sentez attaqué, tentez de le prendre avec humour ou de sortir une blague à l’autre, même si c’est dur pour vous. Car le rire, bien souvent, apaise les tensions. Après, c’est sûr qu’il va vous falloir un peu d’entraînement, mais que perdez-vous à essayer ?

Comprendre que votre entourage ne vous veut que du bien

Nous avons tendance à oublier cet état de fait. Un proche qui vous aime ne veut que votre bien. Donc, s’il vous fait une critique, c’est qu’elle est forcément constructive. Alors, au lieu de tout de suite monter sur vos grands chevaux, posez-vous et réfléchissez à ce que votre proche vient de vous dire. Ses paroles n’ont été prononcées qu’en vue de vous faire évoluer.

Apprendre à respirer

J’ai également rédigé un article sur la respiration, car elle reste très importante pour réguler vos émotions et vos symptômes corporels. Effectivement, en inspirant et expirant profondément, votre système nerveux va automatiquement se calmer. En plus, c’est un exercice que vous pouvez réaliser à chaque instant, puisqu’il n’y a, en effet, rien de plus naturel que la respiration !

Si vous souhaitez apprendre à bien respirer, je vous conseille le produit ZENSPIRE, que j’utilise pour pratiquer la cohérence cardiaque, technique de respiration extrêment efficace. Grâce à la lumière et à la vibration que ce petit appareil émet, vous respirerez de mieux en mieux. Car oui, il y a vraiment une façon de respirer pour atteindre un état de relaxation profonde. 

Je vous invite donc à cliquer sur le bouton ci-dessous pour découvrir ZENSPIRE, étant précisé que si vous souhaitez commander ce produit, vous bénéficierez d’une remise de 10 % grâce au code JL0620. Alors, profitez-en ! 

Pratiquer la méditation 

La méditation est une technique de relaxation. Elle est d’ailleurs liée à la respiration, puisque les deux procurent une sensation de détente. Après, libre à vous de choisir une autre méthode de relaxation qui vous correspond plus, telle que le yoga, la sophrologie, etc. Car je sais que certaines personnes peuvent paniquer pendant la méditation, n’ayant pas l’habitude de regarder profondément en eux. Il ne faut pas oublier que le but de la détente reste de réguler vos émotions et de prendre soin de votre corps.

Yoga

Envisager une thérapie

Si vraiment votre susceptibilité vous fait trop souffrir, n’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel de la santé. La psychanalyse reste recommandée pour ce cas. Le thérapeute vous aidera en effet à comprendre le mécanisme de votre susceptibilité pathologique et son origine.

(Si mon travail vous aide smile)