Sélectionner une page

La phobie sociale est loin d’être rare. Cependant, c’est un trouble pouvant être extrêmement handicapant, empêchant réellement un individu de vivre. En effet, nous sommes des animaux sociaux et sommes obligés de vivre un minimum en société. De ce fait, cette angoisse rend l’adaptation au monde très difficile. Le regard des autres vous apparaît insupportable. Dès que vous sortez de chez vous, vous avez une peur panique de vomir ou d’avoir une diarrhée devant les autrui, et ce, sans trouver d’issue de secours. Vous rougissez facilement et avec donc une crainte extrême que la personne qui vous parle le remarque. Vous n’en pouvez plus de vivre ainsi ? Comment guérir de l’anxiété sociale ?

Ce trouble, comme son nom l’indique, constitue une phobie, pouvant prendre des formes plus ou moins importantes. La principale appréhension de l’individu reste le regard de l’autre, qu’il pense constamment braqué sur lui. Il est en effet persuadé que son semblable le jugera mal et a peur de déclencher sur lui une situation qui le rendra honteux vis-à-vis d’autrui. 

L’individu évite alors tout contact avec les autres, ce qui peut appauvrir ses relations. Il peut se cantonner à ses principaux proches, avec qui il se sent le plus en sécurité. Cet individu apparaîtra souvent casanier, évitant au plus la population, car il ne voit pas l’utilité nouer des liens éphémères et futiles. 

Il aimera donc son cocon et dans les cas les plus graves, n’arrivera même plus à sortir et à mener une vie normale. 

Yoga

Quelles formes peut prendre la phobie sociale ?

L’anxiété sociale peut se manifester de différentes façons. Voici les principales apparences qu’elle peut revêtir.

L’émétophobie 

Il s’agit de la peur de voir les autres régurgiter ou de vomir soi-même, et ce, devant tout le monde. C’est une phobie très fréquente. 

Contrairement à certaines angoisses qui ne se réalisent pas (comme la phobie l’impulsion), cette phobie le peut… mais n’ayez crainte, car il y a des solutions pour la maîtriser ! 

Indiscutablement, les nausées/le vomissement peuvent constituer un effet de l’attaque de panique et lorsque vous souffrez d’émétophobie, vous pouvez évidemment déclencher une crise d’angoisse en public et avoir ce symptôme.

Je sais de quoi je parle, car j’ai eu cette phobie vers l’âge de 13 ans, au collège. Je n’allais plus en cours par peur de vomir. Le matin, je me levais en me trouvant déjà en crise de panique. Mon métabolisme tout entier s’emballait et de ce fait, au moment du petit-déjeuner, je n’arrivais pas à manger. Perte d’appétit et surtout, envie de vomir. Étrangement, quand ma mère me disait « Reste à la maison », je pétais la forme le restant de la journée ! Et rebelote le lendemain matin… 

La personne a donc surtout peur de régurgiter devant tout le monde si elle stresse trop. 

Résultat, elle va éviter le plus possible l’extérieur et les événements publics, de peur de vomir devant les autres. 

Il y a dans cette peur une phobie d’être rejeté par ses pairs, en y ressentant de la honte.

Enfin, le fait de manger et de vomir ensuite, ou de ne pas beaucoup se nourrir de peur de régurgiter, va affaiblir la personne et l’amaigrir. Il peut donc y avoir de fortes conséquences pour la santé sur le long terme. 

Peur du regard des autres

La laxophobie

C’est un peu le même principe que pour l’émétophobie, mais il s’agit là de la peur d’être pris de diarrhées en public et de ne pouvoir accéder aux toilettes à temps. 

Idem que pour l’angoisse de vomir, la diarrhée peut se déclencher du fait du métabolisme accéléré lorsque vous angoissez trop.

La personne évitera donc au plus les sorties ou, si elle sort de temps en temps, se rassurera en prenant avec elle des médicaments pour ce problème. Elle fera en sorte de trouver des w.c. à proximité.

Il s’agit aussi d’une phobie très fréquente.

L’éreutophobie

C’est la crainte de rougir en public. 

Tout le monde peut rougir et ce n’est pas que le sentiment de peur qui peut provoquer ce rougissement. Il peut également survenir lors d’une émotion de tristesse, de colère, etc.

Il s’agit généralement de personnes ne souhaitant pas exprimer leurs émotions et voulant les garder secrètes. Cependant, en essayant de les cacher, ces sentiments refoulés peuvent apparaître sur leur corps. Quand vous voyez une personne rougir, vous devinez qu’elle ressent une émotion très forte au même moment. De la gêne, de la honte, de la colère, etc.

En refoulant l’émotion, elle va devoir se trouver une autre porte de sortie en s’exprimant sur votre corps. 

Pour ma part, j’ai la peau ultra-sensible. Tout le monde arrive à savoir quand je suis trop stressée. Ce stress se reflète directement sur le haut de ma poitrine : de grosses taches rouges apparaissent et s’en vont dès que la source d’anxiété disparaît. 

Eh oui, vos émotions s’expriment, que vous le vouliez ou non, sur votre corps. 

Musique Zen de relaxation et méditation, musiques Mp3 relaxation

Les causes du trouble d’anxiété sociale

La phobie sociale provient fréquemment de l’enfance. L’enfant aura pu être trop surprotégé du monde extérieur et aura donc énormément de mal avec le contact social. Les parents apparaîtront eux-mêmes en général souvent casaniers

Elle peut aussi provenir d’un élément déclencheur et traumatisant en public. Pour ma part, mon émétophobie est apparue suite à un événement de la sorte. J’étais au collège et de plus en plus mal à l’aise. Je ne faisais que trembler et, avec du recul, j’ai compris qu’il s’agissait d’une crise d’angoisse. Résultat, j’ai vomi devant pas mal d’élèves dans la cour de récréation.

D’autres auront, par exemple, régurgité suite à une gastro, mais ce moment aura été tellement désagréable pour eux (ne plus réussir à respirer, être écœuré, etc.) qu’ils auront la phobie de vomir à nouveau.

Une copine avait une fois eu envie d’uriner en classe. Elle avait demandé au professeur de sortir et il avait refusé. Résultat, elle avait fait pipi… dans sa culotte.

Ensuite, entre chaque cours et même si elle n’en ressentait pas le besoin, elle devait impérativement aller aux toilettes pour essayer d’uriner. Si elle ne le pouvait pas, une grosse crise d’angoisse s’ensuivait. 

Dans ces cas, il s’agit donc d’un épisode ou la personne a ressenti de la honte en public. Pourtant, personne ne l’avait insulté et ne lui en avait tenu rigueur et pour moi non plus d’ailleurs ! 

La différence entre phobie sociale et tempérament casanier

Que les choses soient claires : vous avez le droit de préférer vous trouver chez vous plutôt qu’à l’extérieur. Le problème, c’est quand vous ne voulez plus sortir du tout ou qu’en sortant, vous ressentez une grande angoisse chaque fois. 

En réalité, il y a deux types de personnalités : les introvertis et les extravertis. L’un n’est pas moins bien ou mieux que l’autre, il s’agit juste d’une personnalité. 

La personne introvertie aura besoin de 80 % de calme avec elle-même et de 20 % de contact social. Si elle passe une journée hyper mouvementée et si elle ressort également le soir, elle risque d’être vraiment très mal, irritable, fatiguée, voire, de subir une crise de panique. Il faudra plutôt qu’elle prenne le temps de se ressourcer le soir avec elle-même, dans son cocon.

En revanche, une personne extravertie aura besoin de l’inverse : 80 % de contact social et 20 % de calme. Donc, après une journée très intense, elle sortira encore au crépuscule pour voir du monde ! C’est son moyen à elle pour se ressourcer. Par contre, si elle reste toute une journée seule, par exemple, elle risque fortement d’angoisser et de déprimer.

L’importance d’entretenir des liens sociaux malgré la phobie sociale

Que vous le vouliez ou non, vous êtes un animal social et votre nature profonde souhaite nouer des liens. Ce sont juste votre environnement, votre éducation et vos expériences qui vous ont conditionné à avoir la peur de l’autre. Mais cet état n’est pas naturel. Nous avons tous besoin des autres. Dire le contraire ne reflète qu’un égo qui s’exprime.

Comme je le répète, vous avez le droit de vous accorder plus de moments de calme que d’autres. Il peut s’agir de votre personnalité. Mais surtout, ne vous fermez pas complètement à autrui ! Même si vous trouvez que sortir est inutile, car des conversations futiles ne servent absolument à rien pour vous, détrompez-vous. Vous pourrez, qui sait, nouer des liens avec cette personne, voire une profonde amitié par la suite. Plus vous sortez de votre cocon, plus les occasions s’offriront à vous. Il faut donc, même si vous n’en avez pas envie, aller vous promener de temps en temps, ne serait-ce qu’un peu. Inviter du monde par exemple ou aller aux invitations, vous inscrire à une salle de sport, à une association, etc. Réaliser au moins une petite activité collective dans la semaine vous coupant de vos habitudes. Vous verrez que votre phobie sociale va diminuer. 

Peur du jugement

Les solutions pour guérir de l’anxiété sociale 

Heureusement, il existe des solutions pour soigner ce trouble anxieux invalidant. Les voici :

 La thérapie comportementale et cognitive

Les TCC restent recommandées pour ce trouble. En effet, le problème de la phobie sociale, c’est que la personne n’ose plus sortir. Les TCC l’aideront donc à passer à l’action en lui faisant pratiquer des exercices de plus en plus difficiles. Tout dépend du degré d’anxiété de la personne. Il faut cependant y aller par étape, au risque d’avoir une peur trop forte et d’éviter encore plus les situations sociales par la suite. 

Il s’agira par exemple déjà de sortir devant chez soi. Puis de se rendre à la boulangerie seul. Ensuite, de se déplacer dans une boutique. Puis en ville, puis au restaurant jusqu’à partir en voyage à l’étranger, etc. C’est à la personne de fixer ses propres objectifs, du plus simple au plus difficile, en se récompensant après chaque réussite. 

Si les exercices s’avèrent trop difficiles, les TCC peuvent être couplées avec des médicaments, mais seulement s’il y a impossibilité de réaliser les exercices.

Ne plus se soucier du regard des autres

La phobie sociale prend littéralement sa source dans la façon dont vous percevez le regard des autres. 

Premièrement, pensez-vous que les gens ne rougissent pas quelquefois, ou ne vomissent pas, ou n’ont pas la diarrhée ? Tout le monde a déjà vécu ces situations, car nous restons humains. Il n’y a donc pas de honte à avoir à cet égard. 

Deuxièmement, si vraiment un jour votre « drame » arrive, en général, vos semblables ne seront pas moqueurs. Ils essayeront de vous aider, de voir si tout va bien, s’il faut appeler les urgences, etc. c’est comme quand une personne tombe dans les pommes. Est-ce que les gens sont autour d’elle à se moquer ou volent-ils en général à son secours ? C’est la deuxième option, non ? D’ailleurs, pensez-vous vraiment que les autres vont parler toute leur vie de votre « humiliation » ? Je ne pense pas. Si tel est le cas, c’est qu’ils n’ont vraisemblablement pas une existence bien passionnante… 

De plus, sachez que tout le monde a un peu peur de l’image qu’il peut donner vis-à-vis d’autrui. Par conséquent, les gens se poseront également des questions de leur côté et de ce fait, ne penseront pas toujours à vous juger. Les autres ont aussi beaucoup de préoccupations personnelles, leur vie ne tourne pas autour de la vôtre. Ils seront loin de penser constamment à vous !

Enfin, dites-vous bien que quoi que vous fassiez, vous serez de toute façon jugé. C’est la nature humaine qui veut ça. Vous jugez également. Donc, pourquoi finalement ne pas rester vous-même ? 

Et si vous souhaitez un petit coup de pouce afin de vous libérer du regard des autres, je vous suggère le programme de Didier PENISSARD, coach, auteur et conférencier en développement personnel, que vous trouverez en cliquant sur le bouton ci-dessous :

Focaliser son attention

Quand vous allez vous confronter à votre phobie, essayez de ne plus penser à vous, à votre corps, mais au monde qui vous entoure. Par exemple, si vous êtes invité à une soirée, au lieu de réfléchir sur ce qu’il pourrait vous arriver de honteux et de ruminer, regardez les autres, leurs habits, le décor, etc. Ce faisant, vous arrêterez de focaliser votre attention sur vous et les symptômes n’apparaîtront pas ou se réduiront considérablement.

Réguler sa respiration pour calmer l’attaque de panique

Si vous commencez à avoir la nausée ou que vous allez bientôt devoir aller aux toilettes, c’est que votre métabolisme est trop accéléré. Il y a cependant une façon de le calmer. En général, pendant une crise, ne sentez-vous pas que votre respiration est coupée ? Il suffit de bien réguler votre souffle, d’inspirer et d’expirer calmement. Il faudra plusieurs minutes avant que le métabolisme reprenne son état normal, mais je vous assure que ce conseil fonctionne. Savoir respirer est primordial pour soigner l’anxiété.

Et justement, pour bien respirer, je pratique personnellement la cohérence cardiaque. Et pour m’y aider, j’utilise un petit appareil se nommant ZENSPIRE, lequel émet des vibrations et de la lumière afin de m’aider à respirer profondément et naturellement. Car oui, beaucoup de personnes ont oublié de bien respirer ! Si ce petit appareil vous intéresse, n’hésitez pas à cliquer sur le bouton ci-dessous, étant précisé que si vous passez commande, vous bénéficierez d’une réduction immédiate de 10 % en utilisant le code JL0620 :

Voilà les principales clés pour guérir de l’anxiété sociale. A vous de jouer maintenant !

Si vous appréciez mon travail smile