Sélectionner une page

Vous êtes un insatisfait chronique ? Voulant avoir le contrôle sur tout ? Vous êtes peut-être un perfectionniste. Le perfectionnisme est un tempérament que la personne acquiert petit à petit dans sa vie pour diverses raisons. Bien souvent, le perfectionniste aura été élevé par des parents qui le sont eux-mêmes. Nous pouvons comparer ce trait de caractère avec la personnalité du type 1 de l’ennéagramme, lequel fera l’objet d’un prochain article. 

Souvent mais pas toujours, les perfectionnistes sont des gens atteints de troubles anxieux, étant donné leur besoin excessif de contrôle. Il ne faut cependant pas confondre cela avec la personnalité obsessionnelle compulsive, faisant partie des troubles de la personnalité, lesquels feront également l’objet d’un prochain article. 

Nous verrons dans un premier temps ce qu’est le perfectionnisme en général. Nous l’analyserons ensuite dans le cadre du travail et des relations sociales. Puis, nous verrons les avantages et les inconvénients d’avoir ce type de tempérament. Enfin, nous étudierons ensemble comment canaliser cette personnalité pour en faire une force.

En règle générale, les perfectionnistes ne sont jamais satisfaits. Cela est normal, étant donné qu’ils visent la perfection et que celle-ci n’existe pas. Leur insatisfaction chronique entraîne donc de la frustration. Ils ne sont jamais véritablement heureux. 

Après, il faut savoir que le perfectionnisme peut s’étendre à tous les domaines, mais aussi seulement à un seul domaine en particulier. Tout dépend de l’individu et de son parcours de vie.

Ces personnes utilisent souvent les termes “il faut”, “je dois” etc… car celles-ci agissent bien souvent principalement par devoir. Elles ne se laissent jamais aller. Elles ont donc forcément constamment de nouvelles tâches à accomplir, car on peut toujours en trouver de nouvelles avant de pouvoir vaquer à des activités distrayantes et se reposer. Repos qui n’arrive donc, bien souvent, jamais. 

Elles sont également adeptes du “tout ou rien” et du “tout est noir ou blanc”. Pas de nuance de gris possible. Par exemple, si une personne fait un régime et craque pour manger un paquet de bonbons, elle culpabilisera énormément de par ce manque de contrôle et se dira avoir raté complètement son régime. Alors qu’il peut ne s’agir que d’une petite faiblesse temporaire, car nous sommes humains, après tout. Cependant, l’erreur est intolérable pour elle.

Enfin, ces individus sont en général de bons épargnants. Ils ne dépensent donc pas énormément, car “on ne sait jamais ce qui peut arriver”. Ils sont très prudents.

Perfectionnisme : le travail et les tâches quotidiennes 

Là où le perfectionnisme se manifeste souvent, c’est bien dans le monde du travail. En effet, le perfectionniste désirant la perfection, celui-ci pense donc avoir de la valeur dans la performance, laquelle est mesurable. 

Il choisira quelquefois un travail en fonction du prestige social que celui-ci pourra lui apporter, ce qui lui donnera l’illusion de perfection, au moins dans ce domaine. Le travail ne sera donc pas vraiment choisi par passion. Car la passion n’est pas toujours assez parfaite pour eux et surtout, aux yeux de la société. 

Du coup, le travail pourra devenir son principal moteur. De ce fait, il pourra devenir fortement dépendant de son travail, en travaillant sans cesse. Se détendre devient impensable pour lui et il sera hors de question qu’il perde son temps à avoir des passions, des loisirs ou même, à partir en vacances. Ce qui pourra provoquer, à la longue et dans certains cas, un burn-out.

Enfin, étant donné que le perfectionniste aime que tout soit parfait, celui-ci aura une peur intense de la possibilité de faire des erreurs. Cette idée est vraiment inconcevable pour lui. De ce fait, chaque tâche à entreprendre peut lui sembler énorme. Car étant donné que celle-ci doit être réalisée à la perfection, le perfectionniste peut même procrastiner, c’est-à-dire reporter à plus tard la tâche et ce, devant l’ampleur de celle-ci, afin d’être sûr de trouver le bon moment pour pouvoir la réaliser parfaitement. Certains, mais pas tous, peuvent même souffrir de lenteur obsessionnelle lorsqu’ils réalisent la moindre tâche, du fait de leur besoin de perfection. 

Perfectionnisme : les relations sociales 

Lorsqu’une personne est trop perfectionniste, les relations sociales peuvent s’avérer très compliquées. 

En effet, le perfectionniste est une personne très entêtée, aimant contredire et voulant toujours avoir raison. Ce qui peut, à la longue, agacer son entourage.

Ledit entourage ne peut d’ailleurs lui faire la moindre critique, même constructive. Le perfectionniste est en effet très sensible aux jugements et se mettra donc facilement sur la défensive. Il peut avoir des tendances agressives et sera très souvent rancunier. Cependant, la rancune est bien souvent un sentiment dévastateur. Car elle pourra, de ce fait, lui faire ressentir du plaisir à voir certaines personnes échouer.

Le perfectionnisme a d’ailleurs la fâcheuse manie à penser être le seul à correctement faire les choses, qu’il s’agisse de tâches domestiques ou professionnelles. Il refusera donc bien souvent que quelqu’un d’autre effectue les tâches à sa place, quitte à être débordé. Donc, bien souvent, les autres n’approuvent pas vraiment qu’il puisse les juger ainsi et peuvent se sentir clairement rabaissés par lui. 

D’ailleurs, c’est bien souvent ce que le perfectionniste pensera. Que les gens sont médiocres. Il aura donc tendance à s’isoler. De plus, du fait de la sensation d’un environnement hostile. il aura tendance à beaucoup trop se méfier des autres, qu’il ne pense, de toute façon, pas à sa hauteur.  

Perfectionnisme : avantages 

Etre perfectionniste a bien évidemment de bons côtés. On peut en effet se fier à ce genre d’individu. Il respecte toujours ses engagements et ne vous laissera jamais tomber. Ce sera généralement d’ailleurs un très bon ami, sur qui vous pourrez toujours compter. D’ailleurs, si vous vous donnez rendez-vous à 14 heures dans 7 jours environ, pas besoin de le lui rappeler, il sera là au jour indiqué et pile à l’heure. Pas de retard ou de faux-bond possible avec lui.

De plus, du fait de son besoin de contrôle, ce sera un individu extrêmement responsable. Il aimera donc prendre les choses en mains afin que les choses bougent. Il sera loin d’être passif et ira au front. On ne s’ennuie pas avec lui. Il est, en effet, toujours en activité et ce, en vue de réaliser sans cesse des choses constructives sans jamais perdre de temps inutilement. 

Il faut également souligner la persévérance dont le perfectionniste fait preuve quand il entreprend une action. En général, celui-ci fera tout pour accomplir son but et ne lâchera rien. Et le fait de ne rien lâcher prouve bien que c’est un passionné. 

Être perfectionniste comporte donc bon nombre d’avantages. Cependant, quand cette personnalité prend beaucoup trop de place, les inconvénients prennent malheureusement le dessus. En effet, bien qu’il soit honorable de faire preuve de rigueur, de fiabilité et de persévérance, vouloir trop atteindre la perfection se solde forcément pas un échec. Car la perfection n’existe pas.

Perfectionnisme : inconvénients 

– un grand manque d’estime et de confiance en soi

Le gros problème avec les perfectionnistes, c’est que ceux-ci ne reconnaissent jamais le chemin qu’il ont déjà parcouru. Ce qu’ils ont fait de bien passe à la trappe, car ils préfèrent se concentrer sur les erreurs qu’ils ont pu commettre. Ils se le reprochent sans cesse car pour eux, l’erreur est inacceptable, puisqu’elle est tout le contraire de la perfection. 

Et ne parlons même pas de l’échec, qui n’est même pas envisageable pour eux. Car d’après eux, l’échec veut dire qu’ils ne sont pas de bonnes personnes, qu’ils ne sont pas assez biens. 

Cependant, tout le monde fera des erreurs dans sa vie ou subira des échec. Mais étant donné que cela est clairement plus intolérable pour un perfectionniste que pour une personne plus souple, celui-ci pensera manquer de ressources et ne pas être assez compétent. De là pourra s’installer un grand manque de confiance et d’estime de lui. Et on sait bien que le manque de confiance et d’estime est la racine de tout trouble. Il se sentira coupable d’être si mauvais d’après lui et une grande honte le rongera.

– De l’anxiété et de la dépression 

L’individu pourra (mais pas toujours) développer des troubles anxieux. Car en effet, le perfectionniste adore la routine et avoir un agenda bien planifié. Il déteste les imprévus. De ce fait, il pourra se sentir déstabilisé si son planning change et pourra fortement s’agacer. Et si le besoin de routine est vraiment trop fort, celui-ci pourra avoir de fortes difficultés pour s’adapter à la nouveauté, ce qui pourra même le faire passer par des phases dépressives

D’ailleurs, une dépression pourra s’installer si celui-ci ne se concentre que sur ce qu’il lui manque au lieu de se concentrer sur ce qu’il a construit jusqu’à maintenant. Comme par exemple, se plaindre d’avoir une moins belle voiture que le voisin alors qu’il a une famille adorable, une belle maison, un bon travail etc…

Il est bon également de rappeler que le perfectionniste est un contrôlant. Il souhaite en effet tout contrôler, mais fait juste cela pour se protéger. Car le sentiment de contrôle lui donne l’illusion qu’il peut maîtriser tous les évènements de sa vie. C’est donc un sentiment de peur et d’insécurité qui le pousse à contrôler. Et quand cette peur est vraiment trop intense, elle peut se manifester sous forme de TOCS.

De plus, le fait de vouloir avoir le contrôle sur tout et d’être parfait le pousse, quelquefois, à désirer un corps parfait. Il est d’ailleurs adepte des régimes stricts, au vu des consignes rigoureuses à respecter. Mais malheureusement, certaines personnes fonctionnant comme cela peuvent tomber dans des troubles alimentaires, tels que l’anorexie, la boulimie etc…

Et bien évidemment, l’anxiété et la dépression sont souvent accompagnées d’insomnies. Ce qui sera loin de rassurer le perfectionniste, qui s’enervera tout seul dans son lit à ressasser les conséquences d’un éventuel manque de sommeil. Même si peur et colère ne l’aideront pas à tomber dans les bras de Morphée…

– Une retenue émotionnelle

Le perfectionniste, comme son nom l’indique, souhaite être parfait. Et pour lui, en général, exprimer ses émotions ne rime pas avec perfection. Cela est bon pour les gens fragiles ou mal élevés. Mais le perfectionniste le sait très bien : il ressent, lui aussi, des émotions. Même si quelquefois, il fait tout pour ne pas les ressentir. Il fait donc tout pour les cacher, ce qui peut d’ailleurs lui valoir une apparence très froide et peu chaleureuse. Les individus ont d’ailleurs en général du mal à aller vers lui. 

Et vu que cela est lié, il ne parlera d’ailleurs pas de ses problèmes à autrui, car en parler montrerait à son entourage qu’il est imparfait. Et cela est intolérable pour lui.

– Une fragilité

Il faut savoir que la retenue émotionnelle du perfectionniste et un masque censé le protéger. Et que derrière se cache une grande sensibilité. Il prend d’ailleurs à coeur tous les aléas de l’existence. Ce qui peut donc effectivement le rendre moins résistant et plus fragile que les autres. Mais attention, fragilité ne veut pas dire faiblesse. 

Le perfectionnisme comporte donc de nombreux inconvénients, pouvant faire beaucoup de torts. Mais il ne faut cependant pas jeter la pierre à ce caractère. Car bien maîtrisé, celui-ci peut être un véritable atout. Pour cela, je vais vous donner des solutions afin de vous permettre de mieux le maîtriser. D’autant plus qu’en baissant votre perfectionnisme maladif, vous verrez que d’autres troubles que vous pouvez éventuellement avoir concomitamment s’atténueront, voire même, disparaîtront. 

Perfectionnisme : solutions 

– Reconsidérer l’erreur

Ce qui est primordial pour faire baisser le perfectionnisme, c’est de réussir à ne plus diaboliser l’erreur ou l’échec. Car de toute façon, comme je l’ai dit plus haut, tout le monde fait des erreurs et subira des échecs dans sa vie. Ceux qui ne subissent pas cela sont des personnes passives, se contentant d’être spectatrices de leur vie. Elle ne prennent en effet aucun risque et ne passent pas à l’action. Donc forcément, comment pourraient-elles faire des erreurs ?  

Donc, en sachant que l’erreur est humaine et obligatoire, de même que l’échec, le perfectionniste doit maintenant passer à un niveau supérieur. Celui de revoir la notion d’échec et d’erreur. Par exemple, au travail, n’avez-vous pas remarqué que si votre patron ou un collège souligne que vous avez fait une erreur, cela va vous marquer et qu’il y a de fortes chances que vous ne la fassiez plus ? Tandis que si personne ne vous dit rien, il y a également de fortes chances pour que vous continuiez à la commettre. L’erreur vous permet donc d’évoluer.

Il en est de même pour l’échec. Si un projet tombe à l’eau, par exemple, vous pourrez analyser la situation afin de comprendre ce qui clochait. Vous pourrez donc apprendre de cet échec pour évoluer. 

Donc, au lieu de vous croire stupide et mauvais, ayez plutôt de la gratitude envers vos échecs et vos erreurs. Car ils sont le meilleur moyen pour vous d’évoluer grandement dans votre existence. Vous pensez sérieusement qu’une personne obtenant tout, tout cuit dans le bec et sans rien faire, a des chances de se remettre en question et d’évoluer ? Que fera-t-elle quand elle devra, forcément un jour, devenir autonome ? 

Pour vous aider à réussir à penser de la sorte, je vous invite à consulter mon article sur l’acceptation et le lâcher-prise. 

– Revoir sa vision des relations

Comprenez-bien que personne n’est parfait et donc que vous non plus. Et dites-vous bien que tout le monde est humain et est constitué de la même manière. Et que paradoxalement, chaque personne, de par son histoire de vie et des expériences vécues, est unique. Donc, vous n’êtes pas mieux que les autres. Mais le contraire est vrai aussi. Les autres ne sont pas mieux que vous. Chacun a juste des forces et faiblesses différentes, c’est tout. Donc, vous pouvez quelquefois rencontrer quelqu’un étant meilleur que vous dans un domaine. Cela ne veut pas dire que votre valeur, en tant que personne, est inférieure à la sienne.

– Accepter ses vulnérabilités

 

Cela découle du paragraphe précédent. Vous devez donc apprendre à accepter vos vulnérabilités, en augmentant concomitamment vos forces. En les acceptant, vous apprendrez à avoir confiance en vous et de ce fait, vous serez beaucoup moins blessé quand des critiques surviendront à votre égard. Vous ne les prendrez pas tant à coeur, surtout celles non constructives, car vous saurez ce que vous valez. 

– Revoir ses priorités

Au lieu de vouloir être parfait en étant sur tous les fronts, au risque de développer un burn-out dans un quelconque domaine, apprenez à revoir vos priorités. Là, c’est à vous de voir ce qui vous importe le plus dans votre vie. Votre famille ? Votre travail ? Vos passions ? Bref, classez vos priorités et tenez vous-y. Le perfectionniste aimant l’organisation, le fait d’établir une liste de ses priorités et d’organiser son agenda en conséquence l’aidera grandement.

– Respirer pleinement

Vu que bien souvent, le perfectionniste se met trop la pression, sa respiration doit sans doute être médiocre. Pourtant, bien respirer l’aiderait à retrouver son calme quand il le désire. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter mon article sur la respiration. 

– Consulter un professionnel de la santé

 

Enfin, si vraiment ce trait de caractère vous dépasse et vous fait trop souffrir, n’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel de la santé. Ce n’est pas une faiblesse ! C’est plutôt une force d’entreprendre des actions pour résoudre ses problèmes. Les TCC sont plutôt conseillées pour le perfectionnisme. En effet, le thérapeute vous aidera à transformer vos schémas de pensées en des croyances plus souples.