Sélectionner une page

Le mot maladie peut se décomposer comme suit : le mal a dit. Le mal a un message à nous transmettre. Les maux dont nous faisons l’objet apparaissent utiles, malgré toute la souffrance qu’ils nous font au premier abord. Notre état émotionnel peut provoquer 70 % des maladies connues sur cette planète. Les 30 % restants sont dus à des éléments extérieurs dont nous ne pouvons rien, tels que les virus, par exemple. Cependant, nous ne déclenchons pas volontairement ces maladies. Mais pour retrouver la santé, il est urgent de décoder le message du symptôme que nous ressentons. Dès que vous stressez énormément, une migraine se déclenche et vous ne pouvez plus agir. Vous gardez toujours en vous votre colère, et avez fini par déclencher une maladie de Crohn. Votre corps vous fait souffrir ? Et si vous vous attardiez sur la signification psychologique des maux dont vous souffrez pour en guérir ?

Il est déjà important de comprendre pourquoi vous avez des problèmes somatiques. Voici les principales causes des maux physiques.

Le refoulement des émotions

Lorsque le corps délivre un message via une maladie somatique, c’est que vous n’avez pas tenu compte de vos émotions négatives. Vous les avez même sans doute refoulées, en vue d’éviter de souffrir, et ce, de diverses façons : 

 

– Avoir l’impression de n’éprouver aucune émotion ;

– Faire comme si une situation vous laissait de marbre alors qu’elle vous touche profondément ;

– Prétendre que tout va bien à la personne en face de vous alors que pas du tout ; 

– Être hyperactif, constamment en action, et ce, dans le but de ne pas avoir le temps de ressentir vos émotions ; 

– Laisser passer la situation qui nous dérange. Ne pas vous affirmer face à la personne concernée ; 

– Boire de l’alcool pour dissiper temporairement une émotion négative. La fuir. 

 

De plus, lorsque les individus commencent à ressentir des symptômes physiques, la plupart d’entre eux tentent de les estomper par le biais de médicaments. Cependant, bien que les médicaments apparaissent utiles quelquefois, le fait de faire taire les symptômes encourage le corps à envoyer des signaux de plus en plus puissants. En effet, l’organisme pense que le premier signal n’a pas été reçu. Le risque, à la longue, est bien évidemment d’attraper une maladie grave. 

L’égo

Nous entendons fréquemment ce genre de phrase : « je suis un homme et un homme ne pleure pas ». Laisser transparaître ses émotions relève de la faiblesse. Et cette croyance est d’ailleurs bien souvent transmise par nos parents et éducateurs. Par exemple, des parents peuvent inculquer à leurs enfants de ne jamais s’énerver, car ce fait appartient aux êtres de niveau inférieur, ne maîtrisant pas leurs émotions. Pour eux, ne pas exprimer ses émotions relève de la supériorité. C’est ce que leur mental croit, en tout cas.

L’égo pousse également à ne pas toujours exprimer les bonnes émotions. Par exemple, une personne ressent une grande colère envers une autre. En réalité, elle se sent plutôt profondément triste et blessée, mais ne l’avouera pas, car elle pense que cette émotion relève de la faiblesse. Il vaut mieux, pour elle, montrer de l’agressivité, laquelle passe pour de la force de caractère au niveau de l’égo, alors qu’il n’en est rien. C’est ce qui s’appelle les émotions masquées.

La blessure transgénérationnelle

Nos problèmes actuels peuvent provenir de… nos ancêtres ! Et ce, sur au moins trois générations ! En effet, ce qui a été douloureux émotionnellement pour eux et non réglé au cours de leur vie se transmet à leurs descendants. C’est pourquoi certains maux psychiques ou physiques dont vous souffrez n’ont pas forcément d’explications. Vous n’y croyez pas ? Eh bien, vous pouvez avoir le même nez que votre grand-père, donc pourquoi pas sa dépression ? 

Imaginez qu’il s’agit d’une course de relais. La personne, à la fin de son parcours, confie le relai à une autre afin qu’elle puisse poursuivre la course. Ainsi, en vous refourguant son mal-être, votre ancêtre vous donne comme message : « guéris ce que moi-même je n’ai pu guérir.»

Ce que je peux vous conseiller si ce sujet vous intéresse, c’est d’aller consulter un somatothérapeute. Ce thérapeute peut, en effet, faire disparaître tous les troubles somatiques qui ne vous appartiennent pas. Et je parle d’expérience. 

Pourquoi souffrir d’une maladie en particulier ?

Pourquoi une personne souffrant d’une maladie souffre-t-elle de cette affection spécifiquement et pas d’une autre ? En fait, chaque partie de notre organisme est associée à un problème émotionnel bien précis. Par exemple, le cœur et l’intestin grêle sont liés à la haine et à l’impatience. La colère et la frustration au foie et à la vésicule biliaire. Les reins et la vessie à la peur, etc.

La partie concernée par votre émotion douloureuse émotionnelle va ainsi être la partie la plus touchée de votre corps. Cependant, pour compenser, elle va sans cesse absorber vos problèmes émotionnels afin que le reste du corps puisse continuer à fonctionner normalement. Elle absorbera donc de plus en plus de tension, jusqu’au jour où elle atteint ses limites. C’est à ce moment que la pathologie somatique arrive. 

seance hypnose mp3

Exemples de signification psychologique des maux 

Voici quelques exemples de maladies psychosomatiques et de leurs significations. Pour aller plus loin, je vous conseille deux livres regroupant quasiment toutes les maladies existantes ainsi que leurs messages. Le premier est le livre de Lise BOURBEAU s’intitulant « Ton corps dit : Aime-toi ! Les malaises et maladies et leurs messages ». Le deuxième, dont l’auteur est Jacques MARTEL, se nomme « Le grand dictionnaire des malaises et maladies ». Il en existe évidemment d’autres et je vous laisserai effectuer vos recherches de votre côté si le thème des maladies somatiques vous intéresse.

Le cancer

La personne a depuis toujours mis de côté ses besoins pour s’occuper des autres. Elle a également souffert de rejet et d’abandon depuis l’enfance, et ce, dans l’isolement. Bien souvent, l’individu en veut fortement à l’un de ses deux parents, mais nie totalement ce fait. Il refoule donc sa souffrance profondément en lui. Le cancer apparaît lorsque la personne a refoulé trop de sentiments négatifs durant des années et des années. Son esprit en est rendu à sa limite. Il s’agit d’un message ultime du corps. La douleur refoulée ronge, au sens propre, la personne de l’intérieur.

Il y a lieu pour l’individu d’accepter d’avoir ressenti des émotions négatives telles que la rancune, la haine, la colère, etc. puis de se pardonner. Car le fait d’en vouloir à une personne ne fait pas de lui une mauvaise personne, juste un individu souffrant. Il convient également qu’il apprenne à s’aimer.

Le diabète

Une personne souffrant de diabète demeure très émotive et a beaucoup de désirs. Elle se comporte comme une mère pour autrui et a beaucoup d’attentes envers eux. Elle culpabilise beaucoup quand ses souhaits se réalisent et lorsque ceux des autres ne se concrétisent pas. Cette personne cherche trop l’amour et la tendresse de l’extérieur, ce qui reflète une profonde tristesse intérieure. 

Par contre, le diabète chez un enfant se manifeste lorsqu’il ne se sent pas reconnu. Il ressent un grand chagrin intérieur et cette maladie reste le moyen, pour lui, d’attirer l’attention. 

Il y a lieu d’arrêter de vouloir combler le bonheur et les désirs des autres. La personne doit reconnaître tout ce qu’elle a accompli jusqu’à maintenant. Elle doit entendre qu’au final, tout ce qu’elle accomplit finalement pour ses semblables, elle le réalise surtout pour elle-même, pour obtenir de l’amour de leur part. Cet individu doit savoir se faire plaisir et écouter ses besoins. Il a, en fait, peur que ses pairs apparaissent envieux envers lui. Même si un grand désir ne s’est pas manifesté, il est bon de prendre conscience de tous les autres désirs se manifestant dans le présent. Il est conseillé d’apprendre à lâcher prise et de cesser de vouloir tout contrôler. Éprouver de la gratitude pour ce qu’il a et non de penser à ce qui lui manque. 

Le petit diabétique doit arrêter de croire qu’il est l’enfant perdu de la famille. À lui de trouver sa place. 

Somatisation

Les douleurs du genou

Une personne ayant mal à l’articulation du genou a généralement un comportement inflexible. Elle est entêtée, refusant de se plier aux idées et conseils des autres et d’autant plus s’ils apparaissent autoritaires. 

L’individu doit apprendre à lâcher prise pour changer sa façon de voir l’existence. Il doit déjà se rendre compte de son inflexibilité. Écouter ses semblables ne veut pas dire se rabaisser devant eux. Une personne ayant du mal avec l’autorité n’assume pas le fait qu’elle-même l’est beaucoup. La personne a peur de devenir comme l’un de ses parents. Il faut cependant qu’elle comprenne qu’elle n’est pas eux et que même s’il existe des similitudes, elle peut toujours diriger sa vie à sa façon. Elle doit également reconnaître que tout le monde a besoin d’être aidé, quelquefois, et que ce n’est pas une honte.

L’infarctus

Les problèmes de cœur viennent d’un manque de joie. La personne refuse de voir la tristesse en elle et ainsi, refoule ses émotions négatives. Elle prend généralement les choses trop à cœur et en fait trop en souhaitant vouloir plaire à ses semblables. Elle apparaît en outre très critique envers autrui et les juge énormément.

Cette personne doit donc retrouver sa jovialité en s’apportant des petits plaisirs quotidiens. Elle doit également apprendre à s’aimer au lieu de s’oublier en accomplissant ce que les autres attendent d’elle dans le but d’être aimée par eux.

Les maladies inflammatoires 

Les maladies inflammatoires surgissent lorsque la personne est en train de réparer une situation qui lui a causé de la colère ainsi que beaucoup d’autres émotions négatives. Elle ne se sent plus en conflit avec la personne ou la situation concernée. En s’éloignant du conflit, elle pense l’avoir réglé. Cependant, s’éloigner d’un différend ne veut pas dire l’avoir résolu. L’inflammation indique qu’il manque l’étape du pardon.

Comment se libérer des maux du corps ?

Voyons maintenant comment guérir de vos douleurs à l’aide de toutes les solutions que vous trouverez ci-dessous.

Soigner son corps

Si vous êtes déjà atteint d’une maladie, surtout, n’arrêtez pas de vous faire soigner par la médecine traditionnelle ! Pour moi, la médecine classique demeure incomplète. Il lui manque le mieux-être de l’esprit. Cependant, les médecines alternatives apparaissent également incomplètes. Il leur manque la guérison du corps. L’idéal reste vraiment de combiner les deux.

Envisager une thérapie

Afin de guérir de vos troubles psychosomatiques, bon nombre de thérapies sont à votre disposition. Vous pouvez vous faire aider par un psychothérapeute pratiquant les TCC ou tenter une psychanalyse. Quelquefois, certains thérapeutes possèdent même des compétences complémentaires, telles que la pratique de l’hypnose, de l’EMDR, de l’EFT, etc. Ces pratiques peuvent considérablement soulager vos maladies physiques provenant de problèmes émotionnels. 

Il y a également la somatothérapie, l’acupuncture… À vous de trouver la médecine psychosomatique qui vous correspond pleinement.

Pratiquer des techniques de relaxation

Qui dit problème émotionnel dit régulation émotionnelle. Pour y parvenir, rien de tel qu’une bonne relaxation. Et les techniques vous aidant à vous relaxer ne manquent pas. Vous pouvez tenter la méditation en pleine conscience, le yoga, la sophrologie, etc. L’indispensable, dans toutes ces techniques, est de savoir respirer profondément, et ce, afin de réguler l’organisme. N’hésitez d’ailleurs pas à aller consulter mon article sur la respiration.

Pour ma part, afin de bien respirer, j’utilise  comme méthode la cohérence cardiaque. Et pour m’aider à pratiquer cette méthode correctement, j’utilise un petit appareil nommé Zenspire, lequel, grâce à ses vibrations et à sa lumière, m’aide à réguler ma respiration et de ce fait, à respirer comme il faut afin d’aller bien. Si vous êtes intéressé par cet appareil, n’hésitez pas à cliquer sur le bouton ci-dessous, étant précisé que si vous passez commande, vous bénéficierez d’une remise de 10 % grâce au code JL0620 :

Exprimer ses émotions

Pour éviter de développer des maladies, il est primordial d’exprimer vos émotions. C’est cette liberté émotionnelle qui vous sauvera. Pour y arriver, il convient de suivre les étapes suivantes.

Être à l’écoute de ses ressentis corporels

Lorsque vous commencez à éprouver une émotion, écoutez votre corps. Où se situe cette émotion ? Serait-ce dans l’estomac, sous forme de nœud ? Dans la tête, avec des tensions au front ? Dans vos épaules, avec une sensation de poids sur elles ? Par des palpitations ? Des spasmes musculaires ? Des nausées ? En observant vos manifestations physiques, il sera plus facile de trouver la bonne émotion que vous ressentez. Par exemple, vous ne vous sentez pas trop à votre aise, mais n’arrivez pas à mettre de mots sur ce que vous éprouvez. Par contre, vous commencez à trembler. Vous pouvez, du coup, ressentir de la peur.

Accepter ses émotions

Une fois que vous savez quelle émotion vous submerge, surtout, ne vous jugez pas. Ne vous dites pas, par exemple, que vous êtes un bon à rien de trembler pour telle ou telle raison. Il faut accepter de ressentir vos émotions, lesquelles sont normales et n’ont rien de honteux. Par conséquent, acceptez-les en éprouvant de la bienveillance pour vous-même. Ainsi, vous allez lâcher-prise plus facilement et éviter le dénigrement de soi et la culpabilité. Rien qu’en acceptant, vos émotions se calmeront. Les émotions vont et viennent et donc les émotions négatives passent. Et quand vous vous trouvez dans une mauvaise passe, apprenez à demeurer tolérant avec vous-mêmes et à prendre soin de vous. 

Il y a également lieu de ne pas confondre les émotions et les sentiments. Une émotion est ressentie sur le coup et part rapidement. Un sentiment s’apparente plutôt à une émotion mal gérée, ruminée et se transformant en sentiment, lequel perdure dans le temps et joue beaucoup plus sur votre humeur générale.

Par exemple, vous éprouvez de la colère contre une personne. Vous vous êtes exprimé, certes, mais en déversant toute votre agressivité sur elle. Forcément, cette personne vous a attaqué en retour. La situation ne s’est donc pas arrangée. Vous repassez sans cesse la scène de la dispute, en regrettant de ne pas avoir dit telle phrase à tel moment pour la blesser encore plus. Cette émotion de colère mal gérée, étant ruminée sans relâche, se transforme ainsi en sentiment de rancune et de rancœur. Ce sentiment va perdurer, risquant de vous ronger de l’intérieur.

Exprimer ses émotions

Après avoir découvert votre émotion et l’avoir accueillie avec bienveillance, il y a maintenant lieu de l’exprimer. Et toujours, avec compassion envers l’autre, en lui laissant également l’occasion de prendre la parole. N’hésitez pas à aller consulter mon article sur l’affirmation de soi afin d’obtenir plus de renseignements sur ce mode de communication.

Si vous souhaitez exprimer votre émotion à une personne, mais que vous ne le pouvez plus, en cas de décès, par exemple, essayez de trouver un cliché de cette personne. Parlez-lui, comme si elle se trouvait devant vous. Si vous ne détenez pas de photo, écrivez une lettre à la place. Même si la personne vit encore, vous n’êtes pas obligé de lui adresser le courrier. D’ailleurs, juste exprimer vos émotions pour vous-même sera suffisant.

Maladie psychosomatique

Découvrir ses besoins non satisfaits

Les émotions proviennent, à la base, de besoins non satisfaits. Il y a donc lieu de les satisfaire afin de faire disparaître l’émotion négative, ou de revoir vos besoins s’ils vous apparaissent abusifs. 

La peur, par exemple, provient d’un besoin de sécurité. En ressentant de la peur, vous avez l’impression de manquer de protection. Retrouver votre sécurité fera ainsi disparaître cette émotion. Par exemple, si vous venez de perdre votre job, vous pouvez éprouver de l’angoisse, due à une perte de sécurité de l’emploi. Vous pouvez vous demander comment vous allez faire, sans salaire, si vous allez trouver du travail facilement, etc., et si votre besoin apparaît abusif, c’est-à-dire que juste sortir de chez vous vous fait ressentir une panique irrépressible, c’est à vous d’agir pour vous libérer de ce trouble.

La colère vient d’un besoin de respect. Vous avez l’impression qu’une personne vous a manqué de respect. La tristesse provient quant à elle d’un besoin de réconfort. À vous de comprendre vos besoins et surtout, de passer à l’action pour les assouvir ou pour les modifier.

Soigner sa posture

Soigner votre posture peut changer l’état émotionnel dans lequel vous vous trouvez. En réalité, c’est assez logique. Si vous baissez la tête, vous tenez voûté et rasez les murs en traînant les pieds, pouvez-vous avoir une grande confiance en vous ainsi qu’une bonne énergie ? Certainement pas ! 

La posture que vous avez est liée à l’émotion que vous ressentez. Du coup, pourquoi ne pas changer votre posture afin que votre état émotionnel change ? Tentez de vous tenir droit, relevez la tête, regardez vos interlocuteurs dans les yeux, jetez vos épaules un peu en arrière, mettez vos mains sur vos hanches. Voyez ensuite comment vous vous sentez. 

Il a d’ailleurs été prouvé scientifiquement que sourire rend forcément plus joyeux. Donc, même en ressentant des émotions négatives, faites un faux sourire et vous verrez que vous vous sentirez mieux. 

Stopper les ruminations mentales

Afin de régler vos problèmes émotionnels, il est impératif de stopper vos ruminations négatives, lesquelles ne font qu’amplifier vos troubles. Pour y parvenir, il est primordial de changer votre perception des évènements. Dès que vous sentez une pensée négative surgir et durant plusieurs minutes sans que vous ne trouviez de solution pour aller mieux, c’est une rumination.

À partir de là, tentez de percevoir les situations différemment, d’un point de vue plus apaisé. Il est très important de créer de nouvelles croyances et de nouveaux schémas de pensées plus positifs et dynamisants. Entraînez-vous à systématiquement contrer une rumination dès qu’elle apparaît, et ce, afin d’habituer votre cerveau à voir la vie autrement. C’est difficile, au début, mais vous serez surpris des résultats que vous obtiendrez avec le temps et surtout, avec de la persévérance. 

Yoga

Pardonner

Pour vous aider à stopper toute émotion négative et par le fait, les ruminations, il y a lieu d’apprendre à pardonner. 

La plupart des individus ne pardonnent pas et restent dans leur rancune, en pensant ainsi blesser l’autre. Sauf que c’est à eux-mêmes qu’ils se font du mal. Et contrairement à ce que l’on peut penser, le temps ne résout pas tous les problèmes. Il peut donner, en effet, une impression d’avoir pris plus de recul sur votre rancœur, mais il n’en est rien. Tant que vous n’aurez pas pardonné véritablement, ladite rancœur continuera de vous ronger inlassablement. 

Pour vous entraîner, essayez de comprendre ce que l’autre ressent. Pourquoi il réagit ainsi, et ce, même si vous n’êtes pas d’accord avec lui. Peut-être a-t-il des traumatismes non résolus. Attention, vous n’avez pas à tout laisser passer à cette personne, sous prétexte desdits traumatismes. Mais le fait de se mettre dans sa peau et d’avoir de l’empathie envers elle vous aidera à mieux la comprendre et donc, à éprouver moins de rancœur à son égard. Pardonner, ce n’est pas accepter le comportement de l’autre. Vous le faites tout simplement pour vous, pour votre santé. 

Faire du sport

Je pense que vous le savez, le sport est bon pour la santé, aussi bien pour votre corps que pour votre mental. Faire du sport, en effet, libère des endorphines, hormones procurant une sensation de bien-être. Et pratiquer une activité physique est également conseillé pour se libérer d’un trop-plein d’émotions négatives. Pourquoi pensez-vous que certains pratiquent la boxe, par exemple ? Ce sport leur permet, bien souvent, d’évacuer leur grande colère intérieure.

S’aimer

Pour vous sentir bien dans votre peau, il est primordial d’apprendre à vous aimer.  C’est-à-dire, de vous apprécier avec vos forces et vos faiblesses, ce qui vous permettra d’oser rester authentique devant les autres, sans avoir peur de leur jugement. Vous boosterez par la même occasion votre confiance en vous. De plus, vous estimer vous donnera la possibilité de vous sentir bien rien qu’avec vous-même, sans avoir besoin d’obtenir l’amour d’autrui pour ce faire.

Devenir responsable

Pour apprendre à gérer vos émotions, il est nécessaire de devenir responsable. C’est-à-dire, de ne pas penser qu’il s’agit toujours de la faute des autres ou de vos expériences vécues si vous ressentez telle ou telle émotion négative. Ce comportement ne fait que vous conforter dans une attitude de victime, laquelle ne vous aide en rien à agir. Au contraire, elle vous pousse surtout à vous complaire, inconsciemment bien sûr, dans votre mal-être. N’hésitez pas à aller consulter mon article à ce sujet.

Faire le point sur ses fréquentations

Nous sommes la moyenne des 5 personnes qui nous entourent. Donc, posez-vous les questions suivantes : ces personnes me tirent-elles vers le haut ? Sont-elles optimistes ? Apparaissent-elles heureuses pour moi quand j’obtiens un succès ? Me font-elles voir la vie en grand ? Aiment-elles la vie ? Vous l’aurez compris : entourez-vous de personnes positives. En effet, comment voulez-vous aller mieux en compagnie d’individus négatifs ? 

Après, il ne faut pas rejeter une personne dépressive suite à un traumatisme vécu, par exemple. Il y a lieu, au contraire, de la soutenir. Puisque tout le monde aura des coups durs dans sa vie. Je parle ici des personnes constamment négatives, toxiques, lesquelles sont à éviter au maximum dans votre existence. Car nous finissons par ressembler aux personnes que nous fréquentons. Nous pouvons fréquenter une personne pendant plus de 20 ans sans nous rendre compte qu’elle nous tire vers le bas. Ou peut-être même qu’il s’agit d’une relation toxique. C’est-à-dire, que vous vous tirez mutuellement vers le bas ! 

Faire ce que l’on aime

Faire ce que vous aimez ne pourra que vous aider à ressentir des émotions positives et dynamisantes. Il peut s’agir de n’importe quelle occupation. Une activité artistique, créative, le bricolage, le jardinage, la lecture, les balades dans la nature, la musique, un sport, les jeux vidéos (avec modération), etc.

N’hésitez pas non plus à vous trouver un but. Cet objectif vous donnera, en effet, un sacré élan de dynamisme et grâce à lui, vous aurez envie de vous lever tous les matins. Ce but peut être de contribuer au monde à votre manière en vous inscrivant dans une association, par exemple. Ou tenter de devenir entrepreneur et donc, plus libre, ou vouloir gagner en croissance personnelle en vous lançant des défis, etc. il n’y a pas de règles ou de buts meilleurs que d’autres. À vous de voir ce qui vous fait vibrer.

D’ailleurs, si vous hésitez et que vous n’arrivez pas à trouver un but et votre mission de vie, la formation de Cindy THEYS, coach et formatrice dans le domaine du développement personnel, peut grandement vous y aider. Pour en savoir plus, je vous invite à cliquer sur le bouton ci-dessous :

Et quand tout va bien dans votre vie, cessez d’avoir peur que votre bonheur s’arrête un jour. Profitez vraiment de l’instant heureux, car de toute manière, il y aura des hauts et des bas dans votre existence. La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Elle est fluctuante. Donc oui, votre bonheur va s’estomper un jour. Mais il va aussi revenir. Il y a alors lieu de vivre les moments négatifs en faisant de votre mieux à ces moments-là, tout en profitant au maximum des périodes heureuses.

Connaître la signification psychologique des maux dont vous souffrez demeure primordial pour retrouver votre santé. En comprenant le message de votre corps, vous l’écoutez enfin et pourrez ainsi entamer le processus de guérison : le corps et l’esprit seront réconciliés.

(Si mon travail vous aide smile)