Sélectionner une page

La fatigue mentale, plus communément appelée asthénie, peut être considérée comme le mal des temps modernes, surpassant même la fatigue physique. Puisque, hormis certains métiers, les êtres humains, de nos jours, ont plus tendance à être fatigués mentalement que physiquement. Pourquoi cela ? Car l’être humain a une peur extrême du rejet et de ne pas faire partie de la norme sociale. Et puisque nous sommes dans une société prônant force, compétitivité et productivité sans relâche, les individus se sentent obligés d’adhérer à ces valeurs. De ce fait, ils se fatiguent de plus en plus, étant donné que ceux-ci écoutent la société plutôt que leurs propres besoins. 

Par conséquent, une fatigue inhabituelle commence à faire son apparition et progressivement, empiète sur toutes les sphères de la vie de l’individu. De même que sur ses relations. Et le problème, c’est que la fatigue mentale ne disparaît pas. Sauf si, bien entendu, la personne commence à se prendre en main. 

Nous verrons donc dans un premier temps la fatigue mentale plus en détail, ainsi que les principaux symptômes qui peuvent se faire ressentir lorsque vous êtes atteint de ce trouble. Nous verrons ensemble ensuite pourquoi celle-ci apparaît et pourquoi il faut également déjà essayer d’écarter les éventuelles causes médicales. Enfin et heureusement, je vous parlerai des solutions qui existent afin que vous puissiez retrouver votre énergie voire même, la découvrir ! 

  • Un sentiment de blocage

La fatigue mentale peut se définir comme un épuisement général et une impression d’être bloqué, de ne plus pouvoir réaliser les tâches habituelles. Comme une sorte de paralysie, de figeage invisible. C’est vraiment une sensation très étrange. Et très inquiétante, surtout. Cela m’est déjà personnellement arrivé une fois. Lors d’un moment de ma vie où j’étais littéralement submergée par mes angoisses mais aussi, par beaucoup de changements assez négatifs. Je devais faire mon ménage de la semaine habituel. J’avais réussi, mais avec beaucoup plus de lenteur et surtout, chaque tâche me semblait me demander un énorme effort, comme s’il s’agissait de gros travaux physiques. J’étais donc épuisée, mentalement comme physiquement. j’avais l’impression que mon cerveau “buggait” et devais donc sacrément me bouger pour réaliser une simple tâche.

  • Un manque d’énergie le matin mais pas le soir

Afin de savoir si vous souffrez de fatigue mentale, il n’y a qu’à analyser comment vous vous sentez au réveil. En général, vous vous sentirez extrêmement épuisé, même si vous avez dormi comme une masse. Se réveiller avec une forme de lassitude dès le réveil peut donc vous mettre la puce à l’oreille. Par contre, cette fatigue va s’estomper au fur et à mesure de la journée et vous pouvez même être beaucoup moins fatigué le soir, voire même en pleine forme. Illogique, n’est-ce-pas ? Pourtant, c’est bien ce qui caractérise la fatigue mentale et il y a une raison à cela. 

En effet, le fait de se sentir mal le matin s’apparente au fait de se sentir incapable de surmonter la journée qui s’annonce, de par une trop faible énergie. C’est, en réalité, une peur de l’inconnu. Alors que le soir, la journée est terminée. Nous pouvons donc dire, même si c’est psychologique, que la personne a plus l’impression d’être dans le connu et donc, peut enfin se relaxer. Car le soir, la société n’attend plus rien d’elle. En tout cas, c’est personnellement comme cela que je le vivais.

Vous comprendrez donc bien que cette fatigue résulte surtout d’une énergie très basse. Cela reflète donc en général des pensées bien trop présentes et négatives, provenant, bien souvent, d’une déprime déjà bien installée voire même, d’une dépression masquée.

Yoga

  • Fatigue mentale ou fatigue physique ?

Bien qu’en étant atteint d’asthénie vous pouvez également être épuisé physiquement, les deux sont tout de même différents. La fatigue physique survient, bien souvent, après une journée de travail fatigante et surtout pour ceux ayant des métiers plus physiques. Elle peut également survenir lors d’une activité physique, comme le sport, mais également en cas de stress passager, comme se sentir épuisé après avoir passé un examen, par exemple. Et la solution contre la fatigue physique, c’est tout simplement un sommeil réparateur. Le lendemain, la personne est donc de nouveau en forme. (Bien qu’elle puisse prendre un peu plus de temps à récupérer si l’activité physique a vraiment été très intense). Alors qu’au contraire, le repos ne marche pas du tout sur la fatigue mentale, comme dit plus haut.

  • Fatigue mentale ou fatigue intellectuelle ?

Ces deux-là peuvent en effet se ressembler, de par certains symptômes similaires tels que des troubles de l’appétit, des problèmes de concentration ou de mémoire. Cependant, comme la fatigue physique, la fatigue intellectuelle disparaît au repos. Elle survient, par exemple, si un étudiant a étudié toute la journée et toute la soirée. Il peut commencer à ressentir tous ces symptômes et peut également avoir l’impression d’avoir perdu toutes les connaissances qu’il venait d’acquérir. Comme une sorte de black-out, de blanc. Fort heureusement pour lui, il recouvrera toutes ses capacités après une bonne nuit de sommeil (toujours contrairement à la fatigue mentale).

Fatigue mentale : les principaux symptômes

Voyons donc maintenant quels symptômes peuvent ressentir les personnes atteintes de fatigue mentale :

  • Symptômes physiques

– Maux de tête voire migraines, très souvent dus à l’inquiétude, à l’angoisse 

Vertiges 

Diarrhée ou constipation (tout dépend des personnes)

– Mauvaise digestion 

– Mal-être diffus entraînant des douleurs musculaires dues à la tension physique, comme les maux de dos

Moins bon système immunitaire entraînant plus de maladies comme les rhumes  

Grosse fatigue physique (même si la fatigue est plus déclenchée par l’émotionnel, la sensation de ne plus avoir de force physique est tout de même présente. L’émotionnel et le corps étant, de toute manière, reliés.)

  • Symptômes émotionnels

– Sentiment de culpabilité, surtout dû au regard des autres, lesquels peuvent ne pas comprendre cette fatigue et sous-entendre à la personne que tout est dans sa tête. La personne peut donc se croire faible et culpabilise de ne pas réussir à avoir autant d’énergie que les autres.

Irritabilité et susceptibilité dues, également, à l’incompréhension d’autrui 

Problèmes alimentaires, comme le fait d’avoir l’appétit coupé ou, au contraire, de se ruer sur la nourriture. Tout dépend de la physiologie des personnes. 

Somnolence, de par un sommeil non réparateur et d’un trop grand manque d’énergie du fait de ruminations trop importantes

– Troubles du sommeil pouvant conduire à l’insomnie. Bien souvent, la personne s’endormira comme une masse mais se réveillera vers 4 h du matin et ce, bien souvent avec de l’anxiété matinale. Et le fait de ne plus se rendormir ensuite, même si celle-ci a dormi la première partie de la nuit, aura le même effet qu’une nuit blanche. Cet état de fait a d’ailleurs été prouvé scientifiquement.

Troubles de la concentration suite à de trop grandes angoisses

– Dépression ou burn-out si cette fatigue mentale n’est pas traitée

Asthenie

Fatigue mentale : causes

Voyons également quelles peuvent être les causes de la fatigue de la fatigue mentale :

  • Le surmenage

La cause première et la plus basique est la sensation de se sentir submergé de par deux façons. Soit par le fait d’avoir beaucoup trop de choses à faire, soit du fait de trop grandes angoisses. Et nous savons bien que l’angoisse mange considérablement l’énergie et fatigue rapidement l’individu. Il peut également y avoir trop de ruminations de colère, de rancœur, bref, de débordement d’émotions négatives. Dans tous les cas, l’esprit se sent submergé et c’est cela qui fait apparaître la fatigue mentale.

 

  • Un événement émotionnel éprouvant

Lorsque vous subissez un évènement très négatif pour vous, tel que, par exemple, un divorce, un décès, un licenciement, un accident etc…vous penserez forcément plus négativement. Et le fait de continuer à le faire sans cesse devient un cercle vicieux ruminatif et par conséquent, fatigue votre cerveau et donc, votre mental.

  • Un stress répété

Le fait de ressentir un stress continuel, comme, par exemple, une immense pression au travail et ce, tous les jours, vous fera forcément ressentir plus de fatigue et d’émotions négatives. Et rester sous tension sur le long terme de la sorte pourra dangereusement vous mener à de la fatigue mentale.

  • Un manque d’estime de soi

Comme je le dit dans bon nombre de mes articles, un manque d’estime et de confiance en soi est, pour moi, la racine de tout trouble. Et notamment des troubles anxieux. Lesquels, comme vous l’aurez deviné, peuvent mener facilement à la fatigue émotionnelle.

  • L’hypersensibilité

Je vous invite à aller consulter mon article sur l’hypersensibilité afin d’avoir plus d’informations à ce sujet. Personnellement, je pense que tout hypersensible est, avant toute chose, un être hyper blessé. Si vous êtes vous-même hypersensible, posez-vous la question suivante : rappelez-vous des premiers souvenirs que vous aviez de vous étant tout petit. Etiez-vous déjà hypersensible ? En général, la réponse est non. Car l’hypersensibilité survient surtout au fil du temps, par rapport au parcours de l’individu et des blessures plus ou moins importantes que celui-ci a pu ressentir.

  • Une mauvaise hygiène de vie

Le fait de consommer un stimulant, que cela soit l’alcool, le tabac ou la caféine ne pourra qu’exciter votre mental. De même d’être dans un environnement trop lumineux le soir, ce qui ne facilitera pas du tout le sommeil. Idem pour le fait de manger trop lourdement le soir, puisque l’estomac aura des difficultés de digestion et donc, votre sommeil risque également de s’en trouver perturbé. Et c’est justement avec un sommeil perturbé que peuvent survenir un flot de pensées négatives. Et vous devinerez également que forcément, un mauvais sommeil a des conséquences négatives, que cela soit pour la journée du lendemain que sur le long terme.

  • Un environnement qui ne vous convient plus

Lorsque vous vivez continuellement dans un environnement qui ne vous fait plus vibrer, vous vous doutez bien que penser positivement va s’avérer de plus en plus compliqué. Par exemple, si vous allez tous les jours à votre travail sans en comprendre le sens et en vous ennuyant, il est fort possible qu’à la longue, une grande fatigue mentale s’installe.

  • Vous n’écoutez pas vos besoins

Cela découle un peu du paragraphe précédent. Si vous n’écoutez pas ce qui vous fait vibrer, à cause de la peur du manque (manque d’argent si vous voulez quitter votre travail), de la peur du regard des autres, de les décevoir (vous n’osez pas refuser d’aller à une soirée) ou de la peur de ne pas appartenir à la norme sociale, forcément, vous ferez des choses qui ne vous intéresseront pas. Vous ne serez pas véritablement vous, vous jouerez donc un rôle. Et sur le long terme, ne pas oser vous montrer tel que vous êtes ne pourra que vous mener vers une vie moyenne et donc, assez terne. Par conséquent, vous pourrez commencer à déprimer inconsciemment et ressentir de la fatigue mentale.

  • Vous avez des valeurs incompatibles entre elles

Cela reprend également un peu ce qui est dit juste ci-dessus. En effet, nous avons tous des valeurs. Cependant et sans en avoir conscience, certaines de nos valeurs peuvent être incompatibles entre elles, de par leur opposition naturelle. 

Un exemple pour être plus claire. Vous avez comme valeur principale la liberté. Vous voulez vous émanciper du salariat, devenir entrepreneur, bref, être libre et voler de vos propres ailes. Cependant, vous avez également comme valeur principale la sécurité. Vous aimez vivre dans votre bulle, avec votre mari (ou femme) et vos enfants. Vous avez vos petites habitudes, vos petits plaisirs, votre routine etc… Mais vous comprendrez bien que ces deux valeurs sont incompatibles entre elles. Puisque la liberté est tout le contraire de la sécurité. Car qui dit liberté dit prise de risques, adaptation constante au changement, vie mouvementée, débrouillardise etc…La liberté vous pousse complètement à sortir de votre sécurité. 

Donc là, il va falloir choisir entre les deux. L’idéal, bien évidemment, étant de vous émanciper et d’évoluer dans votre vie, la liberté est donc forcément la valeur à privilégier. Par conséquent, vous allez devoir laisser tomber la sécurité et donc, changer de manière certaine votre vie, changement qui risque d’être très inconfortable au début, mais essentiel pour votre évolution.

Cela explique votre indécision constante si, sans consciemment le savoir, vous êtes en proie à deux valeurs opposées. Donc, dans ces moments de dilemme et d’indécision, essayez de voir si vous n’avez pas deux valeurs qui s’opposent.

 

Fatigue mentale : écarter certaines maladies

Il faut également savoir que la fatigue mentale peut provenir de certaines maladies. Donc, avant toute chose, vérifiez si cela n’est pas votre cas. Par exemple, certaines maladies hormonales, comme les maladies thyroïdiennes et surtout, l’hypothyroïdie, peuvent provoquer cette sensation de fatigue intense. 

Vérifiez également que vous n’êtes pas atteint d’apnée du sommeil. Effectivement, du fait des ronflements nocturnes et des troubles respiratoires que ce trouble provoque dans la nuit, le sommeil ne peut être qu’agité et donc, la somnolence pourra apparaître au cours de la journée.  N’hésitez donc pas à aller vous renseigner sur tout cela.

Fatigue mentale : solutions pour retrouver votre énergie

Afin de vous débarrasser de votre fatigue mentale, vous n’aurez d’autre choix que de changer votre façon de vivre. Voici des clés qui vous permettront de retrouver votre énergie :

  • Aller consulter un professionnel de la santé

Ce que vous pouvez déjà faire est d’envisager une thérapie, telle que la TCC. Je vous invite à aller consulter mon article à ce sujet pour plus d’informations. En effet, vous faire aider par un professionnel de la santé vous aidera à comprendre l’origine de vos troubles et surtout, à chercher des solutions pour aller mieux puis agir en conséquence. Et si votre fatigue psychique est vraiment trop intense, vous pourrez également vous faire prescrire des médicaments, tels que des antidépresseurs et/ou anxiolytiques, lesquels vous serviront de béquille en attendant de retrouver un minimum d’énergie pour agir.

  • Changer votre perception des choses

Lorsque vous souffrez de cette fatigue intense, vous avez tendance, forcément, à penser très négativement. Car c’est justement cette négativité qui vous provoque cette fatigue. Donc, même si cela est difficile, apprenez à changer votre perception des choses, à les voir plus positivement ou en tout cas, de manière plus réaliste. Mais surtout, ne désespérez pas. Cette fatigue peut arriver à tout le monde, car tout le monde peut avoir des moments difficiles dans sa vie. J’ai également déjà ressenti cette fatigue. Donc, même si vous dramatisez et n’en voyez pas le bout, dites-vous bien que vous ne pouvez pas rester comme cela toute votre vie, que celle-ci est forcément passagère.

  • Se trouver un but

Comme dit juste ci-dessus, ce sont vos ruminations qui vous provoquent cet épuisement. Et le meilleur moyen de lutter contre les ruminations, c’est bien l’action. Pour vous aider à passer à l’action, rien de tel que vous trouver un but. But qui vous donnera l’envie de vous lever tous les matins et ce, avec une grande énergie et motivation pour le reste de la journée à passer. Cela peut être ce que vous voulez : devenir entrepreneur, vous inscrire à une Association pour aider les autres, à un cours de chant pour, pourquoi pas, devenir chanteur etc…il n’y a aucun but meilleur qu’un autre et n’ayez pas peur de voir grand !

Pour vous aider à trouver votre mission de vie, je vous conseille la formation de Cindy THEYS, coach et formatrice dans le domaine du développement personnel. N’hésitez pas à aller vous renseigner à ce sujet en cliquant sur le bouton ci-dessous : 

  • Faire attention à sa posture

Je rédigerai un article complet sur la posture, car il est important d’en parler. Puisque votre corps reflète ce que vous ressentez à l’intérieur de vous. Effectivement, souvent, une personne manquant cruellement de confiance en elle se reconnaîtra facilement par certaines postures comme, par exemple : un regard fuyant, un dos voûté, des bras ou des jambes croisés etc…en réalité, le fait de se tenir de la sorte renforce ce sentiment de manque de confiance en soi. 

Donc, si vous changez votre posture, il y a de fortes chances que votre état émotionnel suive ce changement. De ce fait, dès que vous prenez conscience d’une mauvaise posture, corrigez-la. Redressez-vous, marchez d’un pas déterminé, souriez, regardez votre interlocuteur dans les yeux etc…Les postures que vous avez sont loin d’être anodines, faites donc très attention à cela.

Solutions

  • Eviter le surmenage

Être épuisé psychologiquement provient également très fréquemment d’une sensation de surmenage. Donc, quand vous vous sentez débordé, il y a déjà lieu, avant toute chose, de prioriser vos tâches. De la plus importante pour vous à la moins importante. Pour votre santé mentale, vous êtes obligé de le faire. 

Ensuite, parmi ces tâches, voyez celles que vous pouvez déléguer, car il y en a toujours. Sauf que si vous êtes perfectionniste, vous aurez énormément de mal à le faire. Car vous souhaitez que les choses soient faites exactement comme vous le voulez et aussi bien que vous. Sauf que les autres ne font pas forcément les choses comme vous le voulez ou aussi bien que vous. Du moins, c’est ce que vous croyez. Cependant, pour votre bien-être, il vous faut absolument réussir à déléguer. Vous verrez, au début, vous allez ressentir une forte gêne. Mais vous verrez également que la sensation de légèreté que vous ressentirez en n’étant plus surmené primera bien plus que la gêne d’avoir délégué. Je peux vous le dire, car j’étais comme cela avant. Donc vraiment, pour votre bien, apprenez à le faire.

  • Profiter de la nature

Plus besoin de prouver que la nature a un impact considérable sur le bien-être d’un individu. N’hésitez donc pas à être le plus souvent possible en contact avec celle-ci. Si vous avez un jardin, vous pouvez vous promener pieds nus sur celui-ci. Profitez au maximum du soleil, lequel apporte très naturellement pour votre organisme ce que l’on nomme la vitamine D. Et parallèlement à tout cela, évitez le plus possible de vous trouver proche des sources électriques et surtout, lorsque vous dormez.

animation ruedesplantes

  • Prendre des vitamines

En cas de coup de fatigue et de manque de tonus, vous pouvez vous aider de vitamines et de compléments alimentaires. Bon nombre d’individus en prennent d’ailleurs en hiver, lorsque la baisse de luminosité, le froid et la fin des vacances sont là. Le magnésium, notamment, peut vous aider à retrouver de l’énergie. N’hésitez donc pas à aller vous renseigner sur les vitamines qui pourraient vous correspondre.

  • S’intéresser à des remèdes naturels

Pour vous aider à retrouver la sérénité, vous pouvez également vous intéresser aux remèdes naturels via les plantes, comme l’homéopathie. Certaines personnes utilisent également les fleurs de BACH. Il en existe pour bon nombre de domaines et vous pouvez même les combiner entre elles afin que l’effet soit accru. N’hésitez pas à aller vous renseigner à ce sujet. 

Et à un niveau plus puissant, il y a également les huiles essentielles. Idem, n’hésitez pas à vous renseigner là-dessus. Certaines huiles peuvent s’ingurgiter, d’autres servent à être diffusées via un appareil (diffuseur donc), d’autres peuvent se mettre sur l’oreiller, sur le corps etc…Idem, chaque huile possède des vertus particulières. Il existe même des roll-ons anti-stress que vous pouvez, par exemple, mettre sur les poignets quand vous le souhaitez. Comme ça, vous pourrez les sentir afin de vous apaiser dès que l’envie vous en prendra.

  • S’intéresser aux médecines alternatives

Le manque d’énergie provient bien souvent d’un mental survolté, mental ayant, à la longue, des répercussions sur le corps, pouvant lui provoquer des blocages. Et ce qui peut vraiment faire la différence dans votre vie, c’est de tenter certaines médecines alternatives, lesquelles peuvent vraiment s’avérer être un complément extraordinaire pour votre bien-être. Vous pouvez essayer : l’acupuncture, l’ortho-bionomy, la somatothérapie, la kinésiologie, la microkinésithérapie, la fasciathérapie et j’en passe. Je vous invite à aller vous renseigner sur ces pratiques alternatives.

  • Augmenter son estime de soi

Comme dit plus haut, pour moi, tout trouble provient, avant toute chose, d’un manque de confiance et d’estime de soi. Il y a donc lieu de retrouver votre confiance et votre estime de vous voire même, de les découvrir, si vous n’avez jamais appris à vous aimer et à avoir confiance en vous. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet dans cet article.

Et pour apprendre à développer votre confiance en vous, je vous conseille la formation de Jean LAVAL, coach en développement personnel que je suis et apprécie. Il propose même un guide gratuit à cet égard donc, pourquoi ne pas aller le télécharger ? C’est juste ci-dessous : 

  • S’assurer d’un bon sommeil

Vous entendez souvent qu’il est bon d’avoir un rythme de sommeil régulier, avec 8 heures de sommeil. Je suis d’accord pour le rythme car, quand vous êtes trop décalé, il y a de grandes chances que vous soyez plus anxieux. Rien qu’une heure de décalage par rapport à d’habitude peut perturber votre métabolisme. C’est pourquoi il est conseillé de garder le même rythme le week-end, même si cela est difficile. La semaine, par contre, cela n’est pas toujours possible si vous avez un travail avec des horaires changeants. Faites donc comme vous pouvez.

Par contre, je suis moins d’accord avec les 8 heures de sommeil car pour moi, chaque personne est différente. Je connais de grands dormeurs ayant besoin de plus de 10 heures de sommeil. Je connais aussi de petits dormeurs, qui ne dorment que 4 heures par nuit et ce, sans que leur métabolisme en soit, à la longue, affecté. Pour le coup, il va falloir vous écouter afin de savoir quel nombre d’heures de sommeil vous correspond. Faites des tests.

Vous pouvez faire quelques siestes, mais essayez de ne pas dépasser 15/30 minutes, au risque de ne plus dormir le soir. Mais, en réalité, quelles que soient vos heures de sommeil, le principal est de bien dormir, de mieux dormir. De dormir de manière profonde. Car une personne qui rumine ne dort que légèrement. C’est pourquoi elle a l’impression de rêver beaucoup plus. Et pour avoir ce sommeil profond, il faut être bien dans sa tête.

Les plus grands sages vous diront d’ailleurs qu’ils dorment très peu, car leur mental étant toujours en repos, ils n’ont quasiment pas besoin de dormir. 

  • Pratiquer des techniques de relaxation

Bien évidemment, pour calmer votre fatigue mentale, il va falloir apprendre à vous relaxer. Vous pouvez pratiquer plusieurs techniques pour cela, telles que : la méditation, le yoga, la sophrologie…et surtout, apprendre à bien respirer. Car en effet, la respiration est très importante pour le bon fonctionnement de votre organisme. C’est elle qui permet de le réguler et donc, de calmer votre esprit. N’hésitez pas à aller consulter mon article sur la respiration.

Personnellement, pour bien respirer, je pratique ce que l’on nomme la cohérence cardiaque. Et pour m’y aider, j’utilise un petit appareil nommé Zenspire, lequel, grâce à sa lumière et à sa vibration, m’aide à réguler ma respiration afin de la rendre efficace et profonde. Si vous êtes intéressé par ce produit et que vous souhaitez passer commande, sachez que vous bénéficierez d’une remise de 10 % en utilisant le code JL0620. Pour en profiter, c’est juste ci-dessous : 

Par contre, certaines techniques de relaxation, telles que la méditation ou le kundalini yoga, peuvent être trop puissantes pour vous à l’heure actuelle si vous souffrez de fatigue mentale. Vous risquez, en effet, de vous sentir encore plus mal après avoir réalisé ces pratiques. Puisque vos pensées ont formé une tornade, trop regarder à l’intérieur de vous risque d’être très difficile à vivre. Je vous conseille donc de commencer par des pratiques plus douces, comme le hatha-yoga, par exemple, pour, déjà, apprendre à être plus calme. 

  • Faire du sport

Je pense que vous entendez bien assez souvent un peu partout que la pratique d’une activité physique est primordiale pour votre bien-être physique et mental. Le sport, en effet, stimule la production d’endorphines, qui sont les hormones soulageant l’anxiété et la dépression. De plus, en pratiquant un sport, vous ressentirez également, juste après la séance, de la fatigue, mais qui n’a rien à voir avec votre fatigue mentale. Pour le coup, il s’agira de bonne fatigue. 3 séances de sport par semaine sont conseillées.

Ou sinon, n’hésitez pas à marcher. 30 minutes par jour serait vraiment l’idéal. En effet, la marche est un moyen extraordinaire pour soulager la fatigue mentale, puisque le fait de marcher vous permettra de prendre l’air, de vous aérer, de regarder les paysages qui vous entourent et donc, de vous concentrer sur autre chose.

  • Opter pour une alimentation saine

Ce qui peut grandement vous aider également, c’est d’opter pour une bonne hygiène de vie. Et donc, pour une alimentation saine. On dit toujours que l’on se respecte comme ce que l’on ingurgite. C’est-à-dire que si vous ne vous aimez pas, vous mangerez mal. Et si vous vous aimez plus, vous mangerez plus sain. Car vous savez que votre corps en a besoin. Bien sûr, mangez des fruits et légumes le plus souvent possible. Vous avez également le droit de vous faire plaisir de temps à autre car sinon, vous ne tiendrez pas sur le long terme. Renseignez-vous sur le fait de bien manger et d’en plus, y prendre du plaisir ! Je vous conseille, à cet égard, d’aller consulter mon article sur le rééquilibrage alimentaire.

  • Faire preuve de compassion et non d’empathie

Cela concerne surtout les personnes hypersensibles. Celles qui, ayant déjà du mal à gérer leurs émotions, se prennent de plein fouet les émotions négatives des autres. Car elles font preuve d’empathie et non de compassion. C’est-à-dire qu’elles se mettent bien trop à la place de l’autre, ce qui a pour conséquence de quasiment tout ressentir comme lui. La personne est donc devenue une éponge émotionnelle. Et cela est très dommageable. Mais, savez-vous que ce n’est pas une fatalité et que cela se travaille ? Il s’agit, en fait, de transformer votre empathie en compassion. 

En effet, compassion signifie ceci : “Mon Dieu, c’est vraiment dur ce que tu vis, sache que je te soutiens et que je serai là pour toi” et … STOP. Donc, prendre en considération la souffrance de l’autre, ne pas le laisser tomber mais ne pas prendre la responsabilité de son mal-être. Lui laisser sa tristesse et surtout, ne pas la lui prendre. Il convient donc de prendre de la distance sur les malheurs des autres. 

Je vous souhaite de retrouver une belle énergie !