Sélectionner une page

Etre casanier est souvent mal perçu par la société. Celle-ci considère en effet les gens casaniers comme antisociaux et bizarres. Ce qui a de quoi fragiliser la personne aimant rester chez elle, laquelle culpabilise donc de faire ce qu’elle aime. De fait, beaucoup de personnes sortent beaucoup uniquement pour faire comme tout le monde. 

Dans un premier temps, je vous définirai la notion d’être casanier, pour ensuite vous en faire une liste des bienfaits et inconvénients. Je vous donnerai ensuite les clés afin de vivre pleinement votre vraie personnalité afin accéder à la liberté. De ce fait, vous allez pouvoir être fier d’être casanier si c’est le cas et ne plus culpabiliser à cela !

Etre casanier, c’est tout simplement aimer rester chez soi. Cet individu est bien souvent introverti et a besoin de se ressourcer, 80 % du temps, chez lui.

Cette personne se sent en effet très souvent bien avec elle-même et trouve beaucoup d’occupations chez elle. Elle est en effet beaucoup portée sur la lecture, les activités créatives, telles que le dessin, la peinture, la création de blog, le bricolage et j’en passe…Elle aime en général le développement personnel et l’introspection. Et il n’y a effectivement que dans le calme que l’on peut travailler sur soi-même. Il y a en effet tellement de choses à faire quand on arrive à apprécier la solitude ! Celle-ci aime être posée chez elle, à regarder un film par exemple, en prenant une petite tisane, ou même, faire du sport, cuisiner…enfin, pleins d’activités comme toute personne, finalement ! 

D’ailleurs, si vous vous intéressez au dessin, que vous souhaitez vous perfectionner, apprendre d’autres styles de dessins ou que vous êtes tout simplement un débutant souhaitant apprendre à réaliser sa passion, j’ai un excellent site à vous recommander, lequel vous propose des cours. Personnellement, je pense avoir un très bon niveau de dessin, mais je n’ai par contre jamais réussi à dessiner des portraits ! Et vous pouvez apprendre tout cela en cliquant sur le lien ci-dessous :

Elle ne trouve quelquefois pas beaucoup d’avantages à sortir, pensant que cela est une perte de temps et que ça ne lui apporte rien. Disons que ce n’est pas son truc. Ce n’est pas cependant pas pour autant que la personne casanière est misanthrope ou ne reçoit jamais en vivant comme un ermite. Souvent, elles aime tout de même recevoir des invités chez elle. Il ne faut donc pas tout confondre. Ce n’est pas forcément quelqu’un d’antisocial, loin de là ! 

Etre casanier : avantages 

Apprendre à se connaître 

Bien souvent, les gens courent après la vie afin de penser le moins possible. On entend souvent des phrases comme : “je n’arrête pas de courir, je n’ai pas le temps pour moi, quelle vie speed, je ne peux même pas me poser une seconde”. 

Mais vous savez, je pense que ces personnes aiment justement cela, sinon, elle ne pourraient continuer ainsi ! Elle aiment courir afin de ne pas penser à ce qu’elles ressentent intérieurement car elles ont justement peur d’elles-mêmes. Peur de ne ressentir que du vide. Et surtout, quand on souhaite vraiment se connaître, on apprend aussi à connaître ses véritables besoins. Et c’est là que le bât peut blesser si nos besoins sont différents de la norme. De peur d’être rejetées par la société, celles-ci préfèrent donc faire comme tout le monde : courir sans se poser de questions. 

Pour moi, il n’y a aucun souci si une personne aime ce mode de vie. C’est à partir du moment où elle s’en plaint que cela devient délicat. On aimerait donc leur poser la question suivante : “Mais si vous le faites, c’est que vous le voulez bien, non ?”

Par contre, en apprenant à se connaître et en écoutant véritablement ses propres besoins, c’est là que l’on devient vraiment heureux. Il faut juste pour cela mettre de côté sa peur du rejet. Dans tous les cas, en étant nous-mêmes, on sera forcément rejetés. Mais croyez-moi, en plus de vous rendre plus fort, cela en vaut vraiment la peine ! Vous atteindrez en effet la liberté intérieure. C’est ce qu’il y a de plus important pour connaître le véritable bonheur.

Un attrait pour le développement personnel

Je ne dis pas qu’être casanier signifie être meilleur que les autres. Personne n’est meilleur qu’un autre ! C’est juste un trait de caractère. Cependant, souvent en tout cas, l’individu casanier aimera travailler sur lui-même et donc, deviendra plus conscient de certaines choses. Il se passionnera souvent pour le développement personnel, ce qui lui permettra, avec de l’entraînement, à plus lâcher-prise pour les petits broutilles de la vie. Il apprendra à être tolérant vis-à vis des personnes différentes de lui et sera à l’écoute des gens. Bref, il arrivera à mener une vie plus sereine, loin du tumulte du quotidien. Et quand il devra faire face au tumulte, il le fera avec plus de calme et de sérénité. 

Yoga

Connaître et apprécier la solitude 

Cela rejoint un peu ce qui est expliqué ci-dessus. En appréciant la solitude, on apprend à se connaître et donc à savoir exactement ce qui nous correspond. Nous n’avons pas besoin forcément d’une occupation pour ne pas déprimer, nous sommes bien avec nous-mêmes et apprenons à nous aimer et croyez-moi, c’est très important.

Certaines personnes sont horrifiées à l’idée de savoir que d’autres apprécient le fait d’être seules de temps en temps. Elles ne comprennent pas comment cela puisse être possible. Ceci reflète une fragilité de leur part. Il ne faut pas oublier que nous naissons seuls et mourons seuls. Personne ne peut nous accompagner dans l’au-delà. C’est donc une force de pouvoir apprécier le fait d’être seul de temps à autre et une faiblesse d’être dans l’incapacité de pouvoir le faire. Cela prouve que la personne a une grande peur qu’elle cherche à refouler par une activité constante, ou qu’elle a peur d’elle-même. De ne pas avoir de but.

Il ne faut cependant pas confondre le fait d’apprécier être seul de temps à autre et vraiment souffrir de solitude. Il est vraiment important d’avoir tout de même du lien social car nous sommes des animaux sociaux. Dans ce cas-là, si une personne en souffre, il faut qu’elle trouve de quoi en sortir, comme, par exemple, s’inscrire dans une association, un club etc… 

Il ne faut également pas non plus que le fait d’être casanier cache un comportement phobique ou agoraphobe. Dans ce cas, il faudra tout de même se forcer de sortir un petit peu pour guérir ces troubles. Cependant, si c’est juste un tempérament, vivez comme vous le voulez !

De moindres dépenses 

Eh oui. Le fait de moins sortir veut dire moins d’essence, moins d’argent dépensé pour les restaurants, les achats compulsifs etc…ça ne veut pas dire qu’il n’est pas correct d’aimer sortir et aller manger un morceau ! Vous en avez parfaitement le droit, si c’est ce que vous aimez faire. C’est juste que le casanier aura probablement moins besoin de dépenser, ce qui peut être un avantage pour le compte bancaire ! 

 

Etre casanier : inconvénients 

Le regard des autres

Quand nous sommes casaniers, c’est bien la chose la plus difficile à supporter. En effet, 80 % de la population ne l’est pas ou feint de ne pas l’être. De ce fait, être casanier, ce sera forcément se faire critiquer. Passer pour un bizarre, un antisocial, voire même, un dépressif. Car en effet, vu que la plupart des individus déprimeraient s’ils se retrouvaient seuls, ils pensent donc que cela vaut de même pour tout le monde. Bien sûr, ils sont loin de s’imaginer que c’est tout le contraire ! 

Ce n’est d’ailleurs pas parce que l’on est casanier que l’on est antisocial. Introverti probablement, mais cela s’arrête là. Cela n’empêche pas ces individus d’aimer recevoir du monde et de sortir tout de même. Ils ont juste moins de besoin de sortir et ont plus besoin de recharger leur batterie chez eux.

Tout cela n’empêchera cependant pas les autres de juger négativement car, dans une société comme la nôtre, on se doit de sortir, de voir du monde. Sinon, on passe pour une personne qui n’a pas de vie, un ‘“petit vieux”, car il inconcevable pour les autres que nous puissions avoir un nombre incalculable d’activités chez nous.

Le problème donc, ce n’est pas votre façon de vivre, car vous aimez celle-ci. C’est vraiment le regard des autres qui peut vous porter préjudice. Mais rappelez vous que l’opinion des autres n’est qu’une opinion. Qu’est-ce que cela va concrètement changer à votre vie ? Par grand chose, n’est-ce pas ? Il ne tient qu’à vous de ne pas donner de pouvoir à leur avis ! 

 

L’oisiveté 

Un casanier aime rester chez lui. Cependant, si vous ne faites que regarder la télé par exemple, il serait bon de vous trouver des activités supplémentaires afin de vous permettre d’être plus passionné. Pourquoi pas une activité créative, comme le bricolage, le dessin, la peinture, l’écriture etc…Ou pourquoi pas même une activité extérieure, comme faire partie d’une Association, d’un club sportif ou autre ? Ou travailler sur vous-même afin de mieux vous connaître ? Vous verrez ainsi qu’il est merveilleux d’avoir des buts dans la vie.

D’éventuels troubles anxieux 

Comme précisé plus haut, vous pouvez aimer d’être casanier mais attention de ne pas subir le fait de ne pas sortir. C’est à dire que dès que vous sortez, même si vous faites un petit effort pour ce faire, vous ne devez normalement pas ressentir un profond malaise. Sinon, cela veut peut-être dire que vous souffrez d’un trouble anxieux comme la phobie sociale. Dans ce cas, n’hésitez pas à aller voir un spécialiste pour résoudre le problème.

Une souffrance 

De même que précisé ci-dessus, vous ne devez pas subir le fait d’être casanier, vous devez apprécier de l’être. Si vous le subissez, c’est peut-être que ce tempérament ne vous correspond pas. Dans ce cas, à vous de faire en sorte de trouver des activités extérieures. Vous n’avez pas à rester dans votre souffrance ! 

Etre casanier : comment en être fier alors ? 

Il faut déjà vous dire qu’être casanier est un tempérament, comme le fait d’aimer sortir sans cesse. Aucun des deux comportements n’est mieux que l’autre, tant que la personne est heureuse dans son mode de vie. 

Dites-vous bien que vous êtes un être humain avec des qualités et des défauts, comme tout le monde. 

Après, effectivement, cela est assez mal vu dans notre société comme précisé plus haut. Mais vous savez, la plupart des personnes sont comme vous mais n’osent pas s’affirmer et donc, font comme la plupart des autres individus. Vous avez donc un sacré courage et une sacrée force pour vous montrer comme vous êtes, surtout si cela ne correspond pas à la norme sociale. 

Le fait également d’être seul avec-vous même un certain nombre d’heures, des journées même, est loin d’être donné à tout le monde ! Cela prouve que vous avez de l’estime pour vous même et que vous êtes capable de passer du temps avec vous, contrairement à bon nombre de personnes souhaitant fuir la réalité à leur manière. 

Ne vous pensez donc pas différent ou anormal par rapport aux autres. Il n’en n’est rien. C’est important de le préciser. Personne ne vous rejette. C’est vous qui pensez cela. Ceux qui pensent du négatif sur votre situation n’ont tout simplement pas ce mode de vie, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne vous apprécient pas. 

Faites donc ce que vous voulez, lisez le bouquin que vous aimez tant sous votre plaid et avec votre petit thé, profitez à fond de cet instant présent. C’est cela, la vie ! Faire ce que l’on aime en vivant l’instant à fond ! Et ce, quoi qu’en pensent les autres ! 

Une petite activité que vous pouvez d’ailleurs pratiquer chez vous et laquelle vous permettra d’évoluer est la méditation. Pour cela, je vous conseille d’aller vous informer sur Jean LAVAL, si vous ne le connaissez pas encore. Concernant la méditation, c’est vraiment le top. Si cela vous intéresse, Jean propose un guide gratuit pour commencer votre pratique, que vous trouverez en cliquant sur le bouton ci-dessous :

Enfin, si vous aimez lire et regarder des vidéos, je vous conseille vivement ce site couplant habilement les deux : Weelearn, lequel propose des vidéos de formation sur de nombreux thèmes : psychologie, vie professionnelle, famille, organisation, communication, couple, santé etc. Ces cours sont donnés par bon nombre d’auteurs de renom, dont je vous cite quelques  noms : Boris CYRULNIK (Expert des traumatismes), Lise BOURBEAU (que j’adore), David LAROCHE (coach connu), Christel PETITCOLLIN (notamment auteure du livre « Je pense trop », Jacques SALOME et j’en passe…Si cela vous intéresse, je vous invite à aller consulter ledit site :