Sélectionner une page

La colère reste une émotion naturelle et si elle existe, c’est qu’elle possède un intérêt pour la survie de l’espèce. Là où le bât blesse, c’est quand l’individu n’arrive plus à la maîtriser, ce qui nuit donc à son bien-être, mais également à ceux des autres. La colère peut en effet avoir de lourdes conséquences, aussi bien physiques que mentales, si elle n’est pas maîtrisée. Lorsqu’une personne vous regarde dans la rue, vous vous sentez tout de suite agressé. Vous devenez hystérique sur la route dès qu’une voiture vous passe devant. Si vous êtes énervé envers une personne, vous avez envie de lui faire mal autant qu’elle vous a fait souffrir. Votre colère vous empoisonne l’existence ? Comment évacuer sa colère intérieure ?

La colère reste une émotion instinctive chez l’être humain. Il s’agit d’une émotion reptilienne, primitive, qui reflète la facette animale de l’homme. Elle est donc normale.

La colère peut poser problème lorsque vous n’arrivez plus à la contrôler. Dans ce cas, vous pouvez commencer à ressentir de la haine et l’exprimer en pleine figure à votre interlocuteur. Des agressions verbales, voire physiques, peuvent ainsi apparaître. À ce stade, vous avez perdu tout votre côté rationnel. 

Vous avez déjà dû en faire l’expérience. Quand vous êtes énervé, il n’est pas toujours bon de vous exprimer directement, au risque de le regretter plus tard. 

Enfin, il faut savoir que la colère peut revêtir différentes formes. Elle possède également différents degrés. La colère peut donc aller de la simple irritabilité à une rage folle et incontrôlable. Elle peut aussi prendre la forme d’une rancune, de la jalousie, etc.

Liens entre irascibilité et troubles anxieux 

Si une personne colérique n’est pas forcément anxieuse, on retrouve tout de même ces deux critères chez bon nombre d’individus.

Bien souvent, les personnes souffrant de troubles anxieux ne sont pas comprises par l’entourage. Elles peuvent donc commencer à éprouver de la colère face à l’incompréhension de leurs proches. En effet, ils peuvent faire passer, comme message subliminal, que l’anxiété n’est que psychologique et qu’il suffit d’un peu de volonté pour la faire disparaître.

De plus, la personne souffrant de troubles anxieux peut vraiment se sentir démoralisée de ne pas arriver à aller mieux. Effectivement, une anxiété quotidienne diminue l’énergie de l’individu de façon considérable, lequel se sentira donc beaucoup plus souvent fatigué que la moyenne. Cette fatigue, ce découragement et cette impuissance peuvent alors déclencher la colère.

Enfin, un individu en colère peut ressentir des symptômes impressionnants, se rapprochant de la crise d’angoisse. 

Rue des Plantes 728*90

Les symptômes de la colère

La colère, comme toute émotion négative, peut déclencher divers symptômes désagréables. Voici les principaux symptômes :

Symptômes physiques

– Palpitations ;

– Bouffées de chaleur ; 

– Oppression de la cage thoracique ;

– Fourmillements ;

– Vertiges ;

– Difficultés à respirer ;

– Tremblements ;

– Sueur ;

– Gorge sèche ; 

– Fait d’élever la voix ;

– Crispation ;

– Front plissé ;

– Yeux exorbités.

Symptômes émotionnels

– Panique ;

– Sentiment de perdre le contrôle.

 

Ces symptômes se rapprochent donc bien de ceux décrivant la crise d’angoisse dans le cas d’une personne atteinte de troubles anxieux.

Fureur

Les conséquences de la colère sont plus graves que ses causes 

La colère reste une émotion normale et saine lorsqu’elle est maîtrisée par l’individu. Cependant, si vous n’arrivez pas à la maîtriser, les conséquences qui s’en suivront pourront s’avérer délicates. 

Bien souvent, quand un individu est énervé contre quelqu’un, il n’ose pas lui en parler directement. Il va généralement s’énerver et critiquer ladite personne à un tiers. Ce comportement, en plus d’entretenir la colère, ne résoudra pas le conflit.

De plus, en contenant sa colère auprès de la personne concernée, le risque est de la reporter sur autrui, qui n’aura rien demandé ! Ce mécanisme s’appelle la goutte qui fait déborder le vase et malheureusement, il s’enclenche fréquemment contre la mauvaise personne. Imaginez le sentiment d’injustice que l’individu peut développer à votre égard ! Le danger demeure donc de blesser inutilement des personnes et de vous faire, par la même occasion, des ennemis.

Plus grave encore, vous pouvez vraiment perdre le contrôle au point d’infliger des blessures physiques à autrui. Cette attitude peut avoir de lourdes conséquences par la suite que vous regretterez au plus haut point, telles que plainte portée à votre encontre, problèmes judiciaires, etc.

Refouler son agressivité  

Quelquefois, vous pourrez observer que certaines personnes semblent maîtriser leurs émotions de sorte que rien ne semble les atteindre. Elles ne se mettent jamais en colère. Tout a l’air de leur passer au-dessus de la tête. Elles apparaissent calmes et sereines. Toujours aimables avec autrui. Je pense que vous en connaissez, des personnes se comportant ainsi ? À moins qu’il s’agisse de vous ? 

En réalité, si certaines personnes apparaissent effectivement plus sages, il s’agit bien souvent d’une façade. En effet, la colère restant une émotion naturelle, il est obligatoire de la ressentir de temps à autre. Le tout reste de l’exprimer fermement et dans le respect d’autrui. 

Donc, si une personne prétend ne jamais éprouver de colère, c’est impossible. Elle vous ment. Elle refoule tout simplement cette émotion, car on lui a sûrement appris dès l’enfance que ne pas gérer ses émotions paraissait pour de la sauvagerie et que ce n’était pas digne d’une personne « classe »

Cette personne peut également refouler son agressivité de peur de passer pour une personne méchante et de ce fait, de ne plus être aimée. Peut-être qu’une peur de l’abandon se cache derrière ce sentiment ?

Par conséquent, inhiber sa colère apparaît tout aussi toxique que de ne pas savoir la maîtriser. De plus, refouler ses émotions et les nier n’est jamais bon pour le corps. En effet, il a besoin de les sortir afin de ne pas les imprimer en lui. Autrement, le risque est, à la longue, d’attraper des maladies.

Le piège de la fureur

Quelquefois, certaines personnes colériques ne veulent tout simplement pas apprendre à maîtriser leur colère, du fait de leurs croyances. En effet, certains individus croient dur comme fer qu’exprimer leur agressivité les fait passer pour des personnes à fort caractère, qui ne se laissent pas faire. Elles sont en réalité fières de leur colère. Donc forcément, pourquoi vouloir la changer ?

Sauf que ce genre de croyances apparaît erroné. Penser de la sorte n’aide pas à l’apparition de croyances bénéfiques. Car s’énerver aussi promptement cache une blessure et une vulnérabilité chez la personne. Certains individus ne seront ainsi pas dupes et ne vous percevront pas nécessairement comme vous aimeriez qu’ils vous perçoivent. 

Et de plus, demeurer colérique et agressif avec les gens ne vous amènera pas leur considération. En effet, beaucoup confondent respect et admiration avec peur et dégoût, ce qui n’est pas du tout pareil. Vous obtenez forcément le retour de bâton. Une personne que vous agressez ou que vous tyrannisez ne pourra jamais vous admirer. Elle ne pourra éprouver que des émotions négatives à votre égard et jamais de la vie du respect. 

Haine

Comment évacuer sa colère intérieure ? 

Voici maintenant les solutions pouvant être envisagées afin d’apprendre à maîtriser votre colère.

S’en aller un temps

En cas de conflit avec quelqu’un, si vous sentez vraiment que vous n’arrivez pas à maîtriser votre colère envers lui et que vous allez le regretter, il est préférable de quitter la pièce et d’aller prendre l’air. Ce n’est pas de la fuite. C’est tout simplement éviter la catastrophe. Une fois que vous vous serez calmé, une discussion plus sereine pourra avoir lieu avec votre interlocuteur. Réagir ainsi constitue une preuve d’intelligence de votre part. 

Apprendre à bien respirer

Quand vous êtes en colère, vous pouvez diriger votre attention sur votre souffle en inspirant et expirant profondément. La respiration possède un effet très calmant, ralentissant progressivement l’organisme. Je vous laisse consulter mon article à ce sujet.

Pour ma part, afin de bien respirer, je pratique la méthode de la cohérence cardiaque. J’utilise pour ce faire Zenspire, qui est un petit appareil émettant des vibrations et lumières pour m’aider à bien réguler ma respiration. Car oui, nous sommes très nombreux à ne plus savoir respirer correctement. Si vous êtes intéressé par ce produit que j’utilise tous les soirs, c’est juste ici, étant précisé que si vous passez commande, vous bénéficierez d’une remise immédiate de 10 % grâce au code JL0620 : 

Rediriger son attention

 

Dès que vous sentez la colère monter, vous pouvez rediriger votre attention sur n’importe quoi d’autre. Le paysage si vous êtes à l’extérieur, les objets se trouvant dans votre champ de vision, vous remémorer un souvenir agréable, etc. finalement, sur tout ce qui peut vous distancier de l’objet de votre colère. 

Se confier

 

Vous confier à un membre de votre famille, un ami, un collègue, etc. sur l’objet de votre colère peut vous aider à vous calmer. Une écoute bienveillante peut en effet apparaître très utile. Attention cependant à ne pas vous attaquer à vos proches en vous confiant. N’oubliez pas qu’ils n’y peuvent rien !

Accorder une place au rire

 

Si vous vous mettez en colère facilement, c’est peut-être que vous prenez la vie un peu trop au sérieux. Alors, pourquoi ne pas apprendre à rire de vous-même ? En vous respectant et sans vous humilier, bien entendu. Il s’agit en effet d’un bon outil pour faire retomber la tension. 

Aussi, essayez de sourire dans une situation où vous sentez l’agressivité monter, même si cette attitude peut paraître étrange pour votre interlocuteur si vous vous vous trouvez en plein conflit avec lui. Mais avez-vous déjà entendu quelqu’un s’énerver et sourire en même temps ? C’est impossible, n’est-ce pas ? Donc, apprenez à sourire et vous sentirez la tension diminuer. 

Dans la continuité, si vous sentez la colère arriver, pourquoi ne pas partir pour aller pratiquer une activité divertissante ? Rire et se mettre en colère sont en effet deux émotions incompatibles, pas vrai ?

Enfin, si vous êtes en train d’avoir une discussion conflictuelle avec une personne, pourquoi ne pas l’imaginer d’un seul coup de manière amusante ? Par exemple, avec un nez de clown, toute nue, sur son toilette, etc. Difficile de garder votre sérieux dans ces conditions, non ?

Pratiquer des techniques de relaxation et des médecines alternatives

De nombreuses techniques de relaxation existent de nos jours. À vous d’essayer d’en pratiquer certaines et de voir lesquelles vous correspondent le mieux et vous apportent le plus de paix intérieure. Il peut s’agir de yoga, de méditation. Mais également de médecines alternatives telles que sophrologie, acupuncture, etc.

Pratiquer une activité physique régulière

Le sport stimule la production d’endorphines, lesquelles sont des hormones apportant calme et bien-être. De plus, pratiquer une activité sportive peut permettre à certaines personnes de maîtriser leur grande colère intérieure. Certaines se mettent à la boxe, par exemple, qui représente un moyen pour elles d’exprimer leur colère sans porter préjudice à autrui, puisqu’il s’agit d’une pratique encadrée et réglementée.

Prendre la responsabilité de sa colère

Prenons l’exemple d’une situation où une voiture passe devant vous en vous faisant une queue de poisson. Pourquoi certains laissent couler alors que d’autres explosent de rage, quitte à suivre l’autre véhicule ? Ce n’est donc pas l’évènement le problème, mais bien la perception que vous avez de cet évènement. Il faut bien comprendre que rien ni personne n’est la cause de votre colère. Il est facile d’accuser les éléments extérieurs. Mais malheureusement, tant que vous le ferez, vous n’arriverez pas à maîtriser votre agressivité, car la solution se trouve en vous. Vous devez prendre la responsabilité de votre colère.

Entreprendre une thérapie

Si votre colère vous pose vraiment de gros problèmes, il va falloir réaliser un travail plus en profondeur sur vous-même. Pour ce faire, vous pouvez vous faire aider par un professionnel de la santé. Les TCC peuvent bien fonctionner pour ce type d’émotion, notamment pour le côté cognitif. Car le thérapeute remettra en cause vos croyances néfastes vous faisant vivre de la colère en vue de les remplacer par d’autres plus bénéfiques. Cette thérapie vous aidera grandement à voir les choses différemment et avec plus de recul à l’avenir.

Apprendre à pardonner

Quelquefois, nous n’arrivez pas à passer outre votre colère, parce que vous avez un sentiment de rancune installé depuis bien longtemps vis-à-vis d’une personne. Cependant, vous ne pouvez continuer à vous ronger de l’intérieur ainsi. Par conséquent, il va falloir entamer un processus de pardon en y allant à votre rythme. Car il est évident que certaines situations restent plus faciles à pardonner que d’autres. Le pardon vous permettra de retrouver votre libre arbitre et ne plus être l’esclave de votre fureur.

 

Évacuer sa colère intérieure est donc possible et avec les conseils de cet article, vous allez y arriver ! 

(Si mon travail vous aide smile)

Yoga