La blessure d’abandon fait partie des 5 blessures de l’âme mises en Lumière par Lise Bourbeau, fondatrice de l’école Écoute Ton Corps. Les 4 autres blessures sont : le rejet, l’humiliation, l’injustice et la trahison. La blessure d’abandon reste, avec la blessure de rejet, la blessure la plus douloureuse, puisqu’elle touche directement l’être. Elle survient généralement vers l’âge de deux ans et est souvent déclenchée par le parent du sexe opposé. L’enfant a, un moment donné, ressenti un sentiment d’abandon à l’égard de ce parent, réel ou imaginaire. Une forte insécurité a débouché sur la blessure d’abandon. Vous avez constamment besoin de validation extérieure. Un grand changement peut vous faire tomber dans la déprime. Votre confiance en vous est au plus bas. Vous pensez souffrir de cette blessure ? Comment reconnaître la blessure d’abandon en 9 symptômes ?

1 — Un corps manquant de tonus lorsque l’on se sent abandonné

Enfant, votre entourage a probablement dû vous considérer comme une « petite nature », un être fragile et souvent malade. Du moins, il vous a fait croire cela, croyance qui doit sûrement continuer à vous suivre aujourd’hui. 

Une fois devenue adulte, la personne souffrant de la blessure d’abandon peut avoir un corps manquant de tonus. Vous pouvez apparaître mince, mais le corps peut sembler un peu « flasque » par endroits, manquant de muscles. 

Lorsqu’elle se tient debout, cette personne ne peut s’empêcher de prendre appui sur quelque chose, de s’adosser à un mur, par exemple. Comme si elle avait besoin d’être soutenue à tout prix par quelqu’un ou quelque chose. Elle a d’ailleurs souvent le dos courbé et se tient rarement droite. 

Côté aliments, cet individu les préfère généralement mous et adore le pain. En général, il s’agit de la personne qui prend le plus de temps pour terminer son assiette. En fait, lorsqu’elle se retrouve devant un bon petit plat, celle-ci va manger assez lentement afin de faire durer le plaisir le plus longtemps possible. 

2 — Un manque de confiance et d’estime de soi dans la blessure d’abandon

La personne souffrant de la blessure d’abandon se dévalorise beaucoup. Elle a un très grand manque de confiance et d’estime d’elle. Ce manque va s’exprimer de différentes manières, comme : 

 

  • une importante dévalorisation d’elle-même, en pensant qu’elle n’est pas une bonne personne, et en ne comprenant pas pourquoi certaines personnes peuvent l’aimer. Quelles qualités a-t-elle ? Elle ne le sait pas ; 
  • une survalorisation des autres du fait de sa dévalorisation d’elle-même, en les trouvant bien meilleurs qu’elle ; 
  • une comparaison sociale toujours négative. Par exemple, elle va se sentir inférieure à quelqu’un ayant un enfant, car elle-même ne se sent pas capable d’en avoir. Elle va donc se croire moins bien que cet individu, alors que c’est tout simplement que l’autre n’a pas investi ses capacités dans le même domaine qu’elle. Ses rôles dans la vie sont différents, c’est tout ; 
  • un grand manque confiance en elle, qui la pousse à constamment demander l’avis des autres avant de prendre une quelconque décision dans son existence.

3 — La peur de ne pas être aimé, un des symptômes de la blessure d’abandon

Puisque la personne souffrant de la blessure d’abandon ne s’aime pas, elle va tenter de chercher de l’amour à l’extérieur. Elle a besoin de se sentir aimée. 

Pour ce faire, celle-ci va tout faire pour être aimée de ses pairs. Elle va leur rendre de nombreux services, jusqu’à s’oublier elle-même. Dans les extrêmes, elle peut même accepter l’inacceptable. Nous pouvons citer le cas des femmes victimes d’un pervers narcissique, préférant être rabaissées plus bas que terre plutôt que de finir seules. Cette personne peut donc s’entourer d’individus toxiques juste pour éviter la solitude. 

Secrètement, elle désire également fortement devenir célèbre, rien que pour être aimée par des millions de personnes.

Avec toute la pression que cette personne se met pour sembler parfaite aux yeux d’autrui, celle-ci va développer une grande peur de décevoir et de ne pas être à la hauteur.

Eh oui, malheureusement, quoi qu’elle fasse, elle sera toujours jugée. C’est la nature humaine qui veut ça. Le hic, c’est qu’elle ne peut supporter le fait que quelqu’un ne l’aime pas. 

Du fait de ces jugements, l’individu victime de cette blessure a fréquemment l’impression d’être rejeté par les autres, ou d’être en trop, même si ce n’est pas forcément vrai.

Laisser tomber

4 — Une peur de la solitude dans la blessure d’abandon

La peur principale de la personne souffrant de la blessure d’abandon reste la peur de la solitude. Par contre, celle-ci nie en général cette peur. Elle a plutôt l’impression d’être indépendante et de n’avoir besoin de personne. 

Avoir peur de la solitude ne veut pas forcément dire devoir constamment être entouré de 10 personnes. Cela peut aussi prendre la forme d’une impossibilité à rester dans le silence. Par exemple, en étant seul chez lui, cet individu peut apprécier ce moment, mais a absolument besoin d’allumer la télévision pour ressentir une sorte de présence. Cette angoisse de la solitude n’est donc pas si flagrante qu’elle en a l’air, mais elle est, pourtant, bien présente. 

Pourquoi cette peur panique de la solitude ? Car puisque cette personne ne s’aime pas, elle n’apprécie pas sa propre compagnie. Elle ne veut donc pas se retrouver seule avec elle-même. 

Mais il existe tout de même une exception. L’individu peut, au contraire, rechercher la solitude lorsqu’il s’est vraiment trop senti mal aimé et rejeté par autrui. Il préfère ainsi rester seul plutôt que d’avoir à subir à nouveau du rejet. En fait, la peur de ne pas être aimé a dépassé la peur de la solitude. 

5 — Victimisation et blessure d’abandon

Une personne souffrant de la blessure d’abandon se comporte souvent en victime. Ce comportement peut grandement agacer son entourage, mais il s’agit du seul moyen qu’elle a trouvé pour obtenir l’attention des autres. Nous pouvons aussi appeler ces personnes            « drama queen » lorsque cette blessure est vraiment forte. Dès qu’il va arriver quelque chose à cet individu, celui-ci va en faire des tonnes et en rajouter une couche, et ce, afin d’attirer l’attention de son environnement. Mais il peut également faire preuve de beaucoup d’humour et avoir un vrai don pour faire rire les gens. Le fait que les autres rient à ses blagues lui fait se sentir important et apprécié. 

Cette personne peut aussi s’attirer, inconsciemment bien évidemment, des nombreuses maladies et surtout, des maladies assez rares. Ce comportement rappelle l’enfance, où, lorsque l’enfant était malade, sa mère s’occupait de tous ses besoins. Toute l’attention était portée sur lui et il n’avait même pas à aller à l’école ! Devenue adulte, cette personne a donc pris l’habitude de fonctionner ainsi.

6 — Une dépendance affective lorsque l’on se sent abandonné

La dépendance affective ne se déclenche pas forcément avec tout son entourage, mais peut aussi se déclencher avec une personne en particulier, en général son conjoint. La personne dépendante affective croit fortement ne pouvoir vivre sans l’autre. Elle ne peut envisager une rupture ou un décès. Elle souffre donc régulièrement de la peur d’être quittée par son partenaire de vie, que cela soit volontaire de sa part ou non (décès), car cela lui rappelle trop l’abandon originel ressenti étant à l’origine de cette blessure.

A contrario, cette personne apparaît aussi souvent très exigeante avec son conjoint, puisqu’elle a un grand vide à combler en elle. Sauf que l’autre, quoi qu’il fasse, n’arrive pas à boucher le trou béant de celle-ci. Par conséquent, la personne souffrant de cette blessure, en proie à de trop lourdes attentes, est fréquemment déçue. Elle peut donc se mettre facilement en colère, bouder, faire du chantage et manipuler autrui afin d’arriver à ses fins, surtout si l’autre lui oppose un refus. Elle ne supporte en effet aucun refus, car pour elle : non = je ne t’aime pas.

Si la personne a vraiment trop peur d’être abandonnée, elle peut, au contraire, refuser de s’engager. Dans ce cas, elle ne cherche pas de relation sérieuse, car elle sait qu’elle risquerait de se faire encore abandonner. Cette peur de l’engagement est ainsi une fuite pour éviter de ressentir une quelconque douleur. 

Enfin, certaines personnes ont tellement peur de se faire quitter qu’elles préfèrent couper les ponts avec une personne avant que celle-ci ne le fasse. Elles sont donc dans l’autosabotage dans le seul but d’éviter d’être abandonnées à nouveau. « Tu ne m’as pas abandonné, car c’est moi qui t’ai quitté ». 

repousser

7 — Une phobie du changement dans la blessure d’abandon

La personne en proie à une blessure d’abandon craint grandement le changement. En effet, pour elle, tout changement est considéré comme une mort, symbolique, et donc, comme une séparation. Et cette personne refuse de revivre un sentiment de séparation, lequel lui ferait revivre son sentiment d’abandon originel.

Par conséquent, plus le changement est important, plus cette personne va être très bouleversée. Elle peut déclencher de graves troubles anxieux et même, une dépression, et ce, même si le changement apparaît positif. Elle peut perdre pied lors d’un changement comme : 

  • le passage de la scolarité au monde adulte, à la recherche d’un emploi ; 
  • la naissance d’un enfant, qui reste de loin le plus grand bouleversement qu’un individu peut ressentir dans sa vie, même s’il s’agit d’un événement positif ; 
  • Le décès d’un proche ; 
  • un déménagement, lequel est considéré comme l’un des changements les plus stressants dans l’existence d’un individu ; 
  • un mariage ; 
  • avoir un nouveau travail.

8 — Des émotions lourdes lorsque l’on souffre de la blessure d’abandon

L’individu souffrant de la blessure d’abandon ressent de lourdes émotions. Il peut se sentir très bien et quelques instants après, se sentir très mal. Très sensible, celui-ci ressent facilement les émotions des autres. C’est une éponge émotionnelle. Il peut ainsi aisément se laisser envahir par les émotions désagréables des autres. Les émotions les plus fréquentes que cet individu ressent sont : 

 

  • la colère, notamment du fait que les autres ne répondent pas toujours à ses attentes démesurées ;
  • l’angoisse, car cette personne a constamment peur de perdre l’amour de l’autre ou le bonheur qu’elle éprouve à un certain moment. Elle demeure certaine que si elle est heureuse, cela va lui retomber dessus avec un futur malheur. Elle anticipe donc le futur de façon anxiogène et négative ;
  • la tristesse due à sa blessure profonde d’avoir l’impression que personne ne l’aime ; 
  • la jalousie et la possessivité : si la personne est en couple, elle va surveiller son conjoint de très près pour éviter toute tromperie et rupture. Si elle a une amie très proche, elle ne tolérera pas que celle-ci ait d’autres amis proches dans sa vie. Il ne devrait y avoir qu’elle. Il ne s’agit pas d’égocentrisme, mais d’un profond sentiment d’insécurité d’être quittée pour quelqu’un de mieux qu’elle et d’un grand manque de confiance en elle ; 
  • l’ingratitude : cet individu a tendance à ne voir que ce qui lui manque et pas ce qu’il possède déjà de magnifique. Il focalise donc son attention sur le négatif et non sur le positif. Il peut détenir 90 % de tout ce qu’il désirait avoir, mais se focaliser sur les 10 % restants, ce qui engendre beaucoup de frustration et de tristesse.
seance hypnose mp3

9 — Les maladies possibles lorsque l’on souffre de la blessure d’abandon

Comme pour les 4 autres blessures, une personne souffrant de la blessure d’abandon peut développer certains symptômes et maladies. Plus la blessure est importante, plus la maladie peut être grave. Voici les maux dont peut souffrir cet individu : 

 

  • maux de dos, notamment en haut du dos et vers les épaules, puisque cette personne rend de trop nombreux services à autrui pour être aimée. Elle assume donc des responsabilités qui ne lui appartiennent pas ; 
  • agoraphobie, de par son anxiété profonde ; 
  • hypoglycémie ; 
  • boulimie : le fait de manger encore et encore donne l’impression à la personne de pouvoir remplir, d’une certaine manière, son trou béant qu’elle n’arrive pas à combler par l’amour des autres et son propre amour pour elle ; 
  • problèmes au pancréas ; 
  • maladies des bronches, asthme ; 
  • hystérie : la personne peut se mettre en scène (inconsciemment) pour obtenir l’attention de son entourage ; 
  • dépression pouvant arriver à cause d’un trop grand changement, ou de par sa blessure trop importante ; 
  • migraine : cet individu ne s’autorise pas à être lui-même de peur de ne pas être aimé. Il joue donc un rôle auprès des autres, mais se met tellement de pression pour ce fait que sa tête ressent une grande tension ; 
  • maladies rares, orphelines, pour (inconsciemment) que l’on s’occupe d’elle ; 
  • addictions (alcool, jeux, drogues, etc.) pour ressentir une joie momentanée et oublier sa blessure un certain temps ; 

 

Il faut savoir que si vous souffrez de la blessure d’abandon, vous souffrez également automatiquement de la blessure de trahison. Je vous invite donc à aller lire l’article que j’ai rédigé à ce sujet. La blessure d’abandon est aussi souvent couplée à la blessure de rejet. J’espère que cet article vous a aidé à y voir plus clair sur votre éventuelle blessure d’abandon. Avez-vous pu reconnaître des symptômes de la blessure d’abandon chez vous ? Bien sûr, vous désirez probablement maintenant savoir comment soigner cette blessure. Vous trouverez ici l’article que j’ai rédigé sur la guérison de la blessure d’abandon.  

Visitez Amazon pour vous procurer le livre de Lise Bourbeau « Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même ».

Lien rémunéré par Amazon 

(Si mon travail vous aide smile)