Sélectionner une page

Tout le monde ressent de la peur. Après tout, c’est une émotion humaine ayant aidé considérablement nos ancêtres de la préhistoire, lorsque leur survie se trouvait régulièrement en jeu. Cependant, il existe 3 types de peurs dont leur impact sur l’individu est plus ou moins prononcé. Vous avez probablement dû déjà l’expérimenter : vous ressentez un véritable mal-être, mais n’arrivez pas à mettre de mot dessus. Vous ne savez donc pas si la crainte ressentie est bénigne, passagère ou si elle est à prendre plus au sérieux. Il est de ce fait primordial de différencier ces peurs, car même si vous pouvez souffrir des trois, leur survenue reste très différente et le moyen de les gérer aussi. Stress, anxiété ou angoisse ? De quoi souffrez-vous et comment vous en libérer ?

Le stress survient en vue d’un épisode stressant à venir, ou peut devenir chronique, si l’on a un travail prenant par exemple. Et la société d’aujourd’hui n’arrange pas les choses ! 

Nous pouvons en effet affirmer que quasiment toutes les personnes sont stressées ou connaissent des périodes d’agitation dans leur vie.

Le stress peut évidemment déclencher des symptômes psychosomatiques de la même manière que l’angoisse et l’anxiété. Cependant, dès que l’événement préoccupant aura disparu ou aura été réglé, il disparaît lui aussi. C’est donc plus un désagrément ponctuel et non un trouble à proprement parler. Il existe également le « bon » stress, comme à l’approche d’un examen, d’un entretien d’embauche, d’un rencard, etc. … 

Il ne faut tout de même pas le sous-estimer et le traiter au plus vite, car l’individu peut à la longue s’épuiser, déclencher un burn-out et la nervosité chronique peut amener à une angoisse constante. 

Yoga

Manifestation de l’anxiété 

L’anxiété vient quant à elle d’un événement réel, mais la peur éprouvée est beaucoup plus exagérée. La personne se rendra excessivement malade et sera en proie à des ruminations mentales très importantes. Ce trouble sera vécu comme un véritable handicap. 

Il peut se définir comme suit : « mon enfant a 15 minutes de retard, que se passe-t-il ? Lui est-il arrivé quelque chose de grave ? Un accident ? Est-il mort ? Je ne pourrais survivre à cela »… En gros, il s’agit de questions que la personne se crée sans obtenir de réponse précise, ce qui engendre une énorme nervosité et beaucoup de ruminations. On peut aussi l’appeler le souci. 

Elle s’inquiète pour une situation concrète. Un autre exemple : « Que va-t-il se passer au travail aujourd’hui ? Je suis seul et dois gérer bon nombre de patients, je panique et si je n’arrive pas à m’en sortir ? Et si je fais une faute lourde ? Et si on me licencie ? Comment pourrais-je subvenir aux besoins de ma famille ? On pourrait finir à la rue ! C’est terrible, je ne peux le supporter, etc. »… voyez comme les ruminations peuvent aller loin…

Vous l’avez donc compris, l’anxiété est une peur consciente par rapport à une situation où vous vous inquiétez plus que de raison. Elle peut d’ailleurs se transformer en anxiété généralisée.

Description de l’angoisse 

L’angoisse, c’est un peu plus compliqué. Elle peut se définir comme suit : « tout se passe bien, je viens de finir de manger, je fais la vaisselle et tout à coup, j’ai la sensation de me trouver dans un rêve, de perdre le contrôle. J’ai des palpitations cardiaques, un sentiment d’étouffement, je commence à avoir des tremblements, j’ai peur de devenir fou. Je ressens un malaise profond. J’ai l’impression que ça n’ira jamais mieux : mais que m’arrive-t-il ? »

L’angoisse est un mal inconscient, qui peut survenir sans crier gare et sans raison apparente. L’exemple décrit ci-dessus peut s’apparenter à une crise d’angoisse. Mais pourquoi ressentir une terreur imminente quand tout va bien ? 

 Car il y a un mal-être profond installé depuis bien longtemps, bien souvent traumatique. Une souffrance refoulée. Cette souffrance peut provenir de la petite enfance, de l’adolescence et même de la naissance ou de la vie intra-utérine ! Il faut bien se dire une chose : ce n’est pas parce qu’on ne se souvient pas que le corps n’imprime pas. Là est bien le problème ! 

L’angoisse profonde peut d’ailleurs prendre la forme de phobie, d’agoraphobie, d’attaque de panique, de phobie sociale, de TOC (trouble obsessionnel compulsif), etc.

Rue des Plantes 728*90
Agitation

Stress, anxiété ou angoisse : conseils pour s’en libérer 

Puisque ces trois peurs comportent des différences, voyons ensemble les moyens les plus efficaces pour vous en libérer.

Soulager l’anxiété

Pour calmer l’anxiété permanente, le mieux reste d’apprendre à lâcher-prise, car c’est le mental qui carbure. Il faut donc arrêter de contrôler et faire confiance à la vie. 

Je vous invite bien évidemment à étayer vos connaissances en allant dans la rubrique « développement personnel ». De là, vous y trouverez de nombreux articles qui vous permettront d’apprivoiser ce trouble émotionnel, de passer au-dessus et de trouver des solutions. 

Calmer l’angoisse

Quand vous souffrez d’angoisse, il faut absolument comprendre d’où celle-ci provient pour aller mieux. Or, cela n’est pas toujours évident, car souvent, comme expliqué ci-dessus, cette angoisse est inconsciente. Je pense que la psychanalyse est un bon début (s’il l’on pense pouvoir trouver d’où elle peut provenir). Je vous invite à consulter l’article que j’ai rédigé à ce sujet pour plus d’informations, puisque certaines personnes condamnent trop vite la cette thérapie alors que selon moi, elle semble utile dans certains cas. Vous pouvez également effectuer votre propre psychanalyse si vous vous pensez capable de vous débrouiller seul.

Il faut savoir qu’une angoisse est souvent due à un traumatisme, qui n’est qu’un trauma (événement malheureux de la vie) non digéré et refoulé, revenant sans arrêt tel un fantôme et empêchant la personne de vivre sereinement.

Les soins énergétiques peuvent aussi énormément aider. Le meilleur moyen de trouver un thérapeute pratiquant l’énergétique dans votre région reste le bouche-à-oreille.

Enfin, l’angoisse provient de manière certaine d’une des 5 blessures de l’âme dont l’être humain peut être victime. Il s’agit des blessures de rejet, d’abandon, d’humiliation, de trahison et d’injustice. J’ai également créé des articles sur ce sujet dans la rubrique « développement personnel. » Il faudra donc découvrir les vôtres afin de pouvoir les traiter. Celles-ci peuvent être la base de vos différents traumatismes.

Réduire le stress

Puisque le stress est souvent passager, c’est dans ces moments-là qu’il faut réussir à vous accorder du temps pour vous chouchouter. Pour diminuer cette sensation de nervosité, vous pouvez : 

  • Apprendre à bien respirer et pratiquer des techniques de relaxation et de la méditation;
  • Aller marcher dans la nature;
  • Écouter de la musique relaxante;
  • Rire, car il a été démontré scientifiquement que même un faux sourire procure des émotions positives; 
  • Écrire vos soucis sur un journal avant d’aller vous coucher : il est prouvé que l’écriture allège l’esprit;
  • Faire du sport, car l’activité physique libère des endorphines, hormones du bien-être.
Terreur

Vous l’avez donc compris, si vous souhaitez aller mieux, il va déjà falloir trouver de quel trouble vous souffrez exactement : stress, anxiété ou angoisse, ou parfois les trois si vous vous trouvez dans ce cycle anxieux depuis longtemps.

Ensuite, allez chercher les solutions qui figurent dans ce blog par rapport à votre problème et mettez-les en application, et ce, régulièrement. Ne vous découragez pas si vous n’allez pas en meilleure forme tout de suite, vous êtes dans une situation qui est devenue une habitude depuis peut-être des années. Il n’y a que la régularité qui vous permettra de guérir. 

Vous pourrez même penser quelquefois que vos efforts ont été vains, que vous rechutez et que tout cela n’a servi à rien. Une rechute est tout à fait normale. Je me répète, mais il va falloir déshabituer votre mental à ruminer de manière anxieuse et cela ne se fait pas du jour au lendemain.

Enfin, si l’angoisse semble trop difficile à gérer, comme je vous l’ai déjà dit, n’hésitez surtout pas à vous faire aider par un professionnel de la santé. Vous pourrez également pratiquer en parallèle des médecines alternatives.

Mais surtout, sachez que le bonheur se trouve entre vos mains. Les autres pourront vous soutenir, mais ne guériront pas vos troubles à votre place. 

Courage, vous allez y arriver ! 

 

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez me laisser un petit commentaire. Et si vous désirez échanger avec moi plus en profondeur, vous pouvez m’écrire via le formulaire de contact ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux. 

Si vous souhaitez me soutenir et me donner de la force car vous aimez mon travail, vous pouvez me faire un don.