Sélectionner une page

L’affirmation de soi est un mode de communication et une façon de se comporter en société. Elle reste, parmi les autres modes existants, la meilleure. Que cela soit pour nous ou pour les autres. Car le manque d’affirmation de soi peut en effet engendrer, à la longue, une perte de confiance en soi . 

Il faut savoir que comme tous les comportements, l’affirmation de soi n’est pas innée. Elle s’apprend. Rares sont en effet les personnes ayant eu pour modèle dès l’enfance un exemple d’affirmation de soi dont elles auraient pu prendre exemple. Car il faut bien reconnaître que peu de monde arrive à s’affirmer. Il suffit juste de regarder dans votre entourage proche. Je suis sûre que vous ne n’en connaissez pas beaucoup. 

Après, il faut également se dire que l’affirmation de soi ne peut être acquise à 100 %. Celle-ci peut en effet varier par rapport à notre humeur du jour, notre motivation, notre énergie actuelle etc…lesquels motifs vous feront quelquefois vite tomber dans un comportement passif ou agressif, par exemple. Le but ici n’est donc pas de vous mettre la pression afin d’être toujours dans ce mode d’affirmation. Mais plutôt de l’utiliser aussi souvent que vous le pouvez. 

Nous verrons déjà en détail ce qu’est exactement l’affirmation de soi, pour en expliquer ensuite les avantages, lesquels vous donneront forcément envie d’y adhérer. Je décrirai ensuite les différents modes de communication et de comportements qui existent, mais qui sont cependant moins adaptés. Je vous donnerai enfin les clés afin de vous permettre de vous affirmer de plus en plus, jusqu’à ce que cela devienne votre mode de fonctionnement  le plus utilisé.

L’affirmation de soi, c’est la capacité que possède un individu à pouvoir communiquer de manière saine. En se respectant et en respectant les autres. Les vrais leaders utilisent principalement ce comportement. 

En cas de début de situation conflictuelle, par exemple, la personne affirmative se défendra  et ce, sans avoir besoin d’être sur la défensive. Elle possède donc du caractère mais arrive à l’exprimer tout en respectant les droits des autres.

Elle ose également exprimer ses propres opinions, même si celles-ci ne correspondent pas à la norme sociale. Cette personne assume qui elle est et n’a pas peur du regard des autres.

La personne affirmative se donnera également le droit d’avoir des limites et ce, afin de lui permettre d’écouter ses propres besoins, ce qui est fondamental pour être en accord avec elle-même et donc, se sentir bien. Et tant pis si les autres ne comprennent pas ses limites. 

L’individu affirmatif ne se sentira pas supérieur ou inférieur à autrui. Il aura donc tendance a avoir un comportement égal avec tout le monde et ce, quel que soit le niveau hiérarchique, les titres, les compétences de chacun etc…il respectera tout le monde de la même manière. 

Cette personne se donnera également le droit de revenir sur une décision, de changer d’avis et ce, même si cela ne plaît pas à tout le monde. Car elle peut, comme tout le monde, faire des erreurs, répondre à la hâte et changer d’avis après mûre réflexion. C’est un droit. Et elle se l’octroie sans culpabiliser par la suite. 

– Le meilleur moyen pour obtenir ce que l’on veut

Voilà les principales composantes de l’affirmation de soi. Il faut cependant savoir que même si nous nous affirmons, nous ne sommes pas sûrs à 100 % d’obtenir ce que l’on souhaite. Tout simplement car l’autre a aussi des droits et des envies qu’il peut appliquer et qui peuvent être différents des nôtres. Après tout, nous ne pouvons pas lui reprocher quelque chose que nous nous permettons de faire nous-mêmes ! Mais c’est cependant sans aucun doute le moyen de communication le plus adapté pour obtenir ce que vous désirez tout en respectant l’autre. Après, même si vous n’obtenez pas forcément ce que vous désirez, un compromis peut toujours être possible avec l’autre, d’autant plus si celui-ci utilise le même mode de communication. 

Affirmation de soi : les avantages 

L’affirmation de soi est donc le mode de communication le plus adapté. Nous allons, pour soutenir cet état de fait, analyser les avantages de celui-ci. 

– Augmentation de la confiance en soi

En fait, s’entraîner à s’affirmer entraîne aussi l’individu à oser dire ou faire des choses qu’il n’aurait jamais osé faire avant. Tous ces exercices développeront forcément sa confiance en lui globale. Et on sait que la confiance en soi est la condition sine qua non pour ressentir du bien-être et pouvoir gérer les émotions négatives, notamment les troubles anxieux. En effet, cela entraînera forcément une personne souffrant d’anxiété sociale, par exemple, à dépasser ses phobies relationnelles. 

– Gagner le respect des autres

Bien souvent, les autres seront admiratifs envers votre comportement car, comme je l’ai déjà dit plus haut, ce n’est malheureusement pas le comportement le plus simple à adopter et le plus suivi par autrui. Le fait de réussir à vous affirmer sans agressivité, à oser exprimer vos besoins et opinions donnera une image de vous positive. Les autres vont clairement ressentir votre confiance en vous et ne pourront que vous respecter. 

– On obtient plus facilement ce que l’on veut

Cela reprend un peu ce que j’ai dit plus haut. Le fait d’exprimer les choses clairement, calmement, et ce, tout en étant agréable avec la personne, vous donnera de bonnes chances d’obtenir ce que vous désirez, le tout dans le respect. En effet, si la personne vous apprécie, il n’y a pas vraiment de raison d’essuyer un refus de sa part (sauf par rapport à ce que j’ai précédemment décrit). Je pense que c’est logique. 

Si vous avez, par exemple, un patron tyrannique qui vous insulte d’incapable en vous ordonnant de finir un dossier avant la fin de la journée, je pense que vous aurez beaucoup moins envie de le faire qu’avec un patron vous respectant, vous appréciant et vous le demandant gentiment, non ?

Les modes de communication inadaptés

Nous allons maintenant voir les autres modes de communication existants. Ceux-ci ne sont en général pas adaptés et viennent très souvent d’un manque de confiance en soi. Cependant, il faut savoir que l’on peut manquer de confiance en soi dans tel domaine et être très confiant dans un autre. Le comportement inadapté se retrouvera donc plus particulièrement dans le domaine où nous manquons de confiance. Mais parfois, c’est un manque de confiance en soi général qui peut frapper une personne. Dans ce cas, celle-ci aura très souvent un comportement inadapté. 

Il est aussi bon de préciser qu’une personne peut changer de comportement car autrement, elle ne pourrait pas apprendre à s’affirmer ! Mais quelquefois également, elle peut être quelqu’un de très passif à la base puis d’un seul coup, adopter un comportement agressif régulier, du fait d’en avoir assez de ne plus se faire respecter. 

C’est d’ailleurs souvent lorsque nous adoptons un mauvais comportement que nous nous en prenons à nos proches. Ceux-ci sont bien souvent des boucs émissaires, la personne n’osant clairement pas exprimer sa frustration à la personne concernée. Il est donc temps de ne plus faire trinquer nos proches de nos humeurs maussades en faisant les actions nécessaires.

– Le mode passif 

Une personne passive n’ose pas dire ce qu’elle pense, de peur d’être rejetée. Bien souvent, les gens la penseront timide et sans caractère. Sa discrétion fera que quelquefois, ils oublieront même son existence ou la prendront en pitié.

Le conflit est d’ailleurs insupportable pour elle. Cela peut provenir de croyances erronées. Par exemple, si elle demandait à son voisin de faire moins de bruit, elle croirait passer pour une personne agressive. Dans ce cas, son schéma de pensées sera à revoir. 

Cet individu n’osera d’ailleurs jamais dire non et ce, pour les raisons citées ci-dessus. Cela peut donc déclencher, au travail par exemple, un burn-out. 

Cependant, une personne passive peut se mettre à opter pour le comportement agressif, si celle-ci en a assez de ne pas se faire respecter. Ce changement de comportement arrive d’ailleurs souvent.

– Le mode agressif

Quand une personne est agressive, celle-ci défend ses droits, ce qui est déjà un bon début. Cependant, bien souvent, elle ne prend pas en compte les sentiments de l’autre et donc, empiète sur ses droits. Elle peut donc devenir égoïste et ne penser qu’à ses droits, sans se soucier de l’autre. 

Bien souvent, un individu agressif aura un problème d’ego et aura donc du mal à vouloir changer de comportement. Il pense en effet qu’être agressif permet de se sentir supérieur et plus important que l’autre. Il remarque en effet qu’il est beaucoup plus respecté et que bien souvent, les gens évitent de le chercher. Cependant, ce qu’il pense être du respect est plutôt de la peur ou du dégoût à son encontre. 

Car à force d’être constamment sur la défensive, l’agressif se rendra compte, au fil du temps, que les personnes l’éviteront de plus en plus. En effet, le fait d’être méchant n’aide pas à faire venir autrui vers soi. Il n’y a d’ailleurs pas de mystère. Les gens se comportent avec nous comme nous nous comportons avec eux. Aimeriez-vous d’ailleurs passer du temps avec une personne qui vous parle constamment mal ? J’en doute. Il y a donc lieu de travailler sur cette croyance.

– Le mode passif-agressif

Il s’agit d’un petit mixte entre les deux premiers comportements. La personne sera passive, dans le sens ou elle n’osera pas exprimer son mécontement. Mais elle aura également un côté agressif dans le sens où elle ne souhaitera tout de même pas se laisser faire et entreprendra des actions pour ce faire. Cependant, ces actions ne seront pas bien comprises par autrui, car elles seront effectuées de manière indirecte. C’est un peu comme lancer constamment des piques à quelqu’un qui ne comprend pas vraiment pourquoi. La situation ne risque pas de s’améliorer si une conversation franche n’a pas lieu. 

Par exemple, un salarié peut être mécontent de la façon dont son patron le traite. En guise de rébellion, si son patron lui donne un dossier à faire assez important, il va le faire traîner volontairement. 

– La manipulation

Le souhait d’un manipulateur est de toujours arriver à ses fins et il n’hésitera pas à utiliser des personnes pour ce faire, qu’il considère d’ailleurs comme ses objets. Il est très égoïste et intelligent. En général, son petit jeu peut très bien marcher un certain temps, car celui-ci passe en général très bien aux yeux d’autrui. Il est souriant, s’adapte à la personnalité de l’autre, est poli, charmant.

Cependant, à force de mensonges et de manipulations, les gens commenceront à douter de sa sincérité. Quand celui-ci sera démasqué, bien entendu, les gens ne lui feront plus confiance et s’en éloigneront. Son masque étant tombé, celui-ci pourra commencer à devenir agressif.

Affirmation de soi : comment s’y prendre ? 

Etant donné que l’affirmation de soi est un comportement qui s’apprend, mais que cela est loin d’être facile, surtout dans la durée, je vais vous donner ci-dessous quelques clés pour vous y aider.

– Apprendre à dire non SANS SE JUSTIFIER

Ecouter vos besoins est en effet primordial pour votre bien-être et tant pis si les autres ne le comprennent pas. 

Prenons un exemple. Vous êtes en week-end, vous aviez prévu de passer un vendredi soir chez vous à vous relaxer. Cependant, vous êtes invité par un ami. Mais vous n’avez ni l’envie, ni l’énergie pour y aller. Bien souvent, dans ces cas-là, les personnes osent dire non, mais mentent. Le problème avec le mensonge, c’est que la personne va toujours trouver des contre-arguments à ce que vous avancez. “tu fais régime ? Ok, quels aliments souhaites-tu que je te prépare ?” 

Tandis que si vous êtes sincère et ce, sans vous sentir coupable et en étant ferme dans votre décision, vous verrez que la personne ne pourra plus rien vous rétorquer. Si vous dites la vérité et ce, dans le respect de l’autre, comme “ce soir je suis trop fatigué et je n’ai vraiment pas envie”, que voulez-vous que la personne vous réponde ? Et si elle se vexe, tant pis, vous n’avez pas à prendre la responsabilité de ses émotions. Agir en se vexant signifie qu’elle est un peu égoïste et qu’elle ne respecte pas vos besoins.

On dit que l’homme libre est l’homme qui ose exprimer ses besoins et ce, sans se justifier. Pour apprendre à devenir libre, il va à tout prix falloir apprendre à vous libérer du regard de l’autre. On dit toujours qu’avant d’être bien avec les autres, il faut être bien avec soi-même. Comment être bien avec nous-mêmes si nous n’écoutons pas nos besoins ? Il ne s’agit pas d’égoïsme. L’égoïsme signifie faire ce que l’on veut mais en portant préjudice à l’autre, en l’écrasant. On voit bien que ce n’est pas le cas. Sachez de toute manière que quoi que vous fassiez, vous ferez forcément des mécontents. Donc, autant faire ce que vous voulez vraiment, non ? 

– Corriger sa posture et le ton de sa voix

Il faut comprendre que la première chose qu’un individu juge chez l’autre, c’est son apparence. Nous le faisons d’ailleurs tous et c’est tout à fait normal, vu que nous ne connaissons pas de prime abord la personne. Et il faut bien avouer que bon nombre de choses se voient directement par rapport à la posture de la personne.

Par exemple, si vous voyez débarquer quelqu’un ayant la tête baissée, le dos courbé, parlant doucement et ayant une démarche nonchalante, vous pouvez être certain que celui-ci n’a pas une estime de lui très bonne. Cela se remarque d’entrée et pas besoin d’avoir un diplôme en psychologie pour cela. 

Tandis que si vous voyez une personne souriante débarquer, avec un regard franc (mais non hostile), une voix affirmative, se tenant bien droit et avec le pas assuré, vous penserez à coup sûr que celle-ci a confiance en elle.

Il est donc important de prendre conscience de la façon de vous tenir, de marcher et de vous exprimer afin de pouvoir modifier ce qui ne va pas. Car si une bonne estime de soi se reflète dans la posture, le ton de la voix etc…, le cas inverse est vrai également. C’est-à-dire que s’entraîner à mieux vous tenir peut vous faire vous sentir mieux. Je ferai d’ailleurs un article à ce sujet pour développer ce point plus en profondeur.

– Comprendre que les autres ne sont pas dans notre tête

Ce que vous devez comprendre également, c’est que même si un proche vous connaît bien, il n’est cependant pas dans votre tête. Si par exemple, vous rentrez et que le dîner n’est pas fait alors que votre mari était à la maison et que vous le prenez très mal, il va falloir lui dire. Et ne pas penser que celui-ci devait savoir que vous n’allez pas apprécier. Il n’est pas bon de trop faire de suppositions. S’exprimer de manière claire évitera bien des conflits, au lieu de penser que le proche aurait dû deviner notre pensée. Car celui-ci n’est pas dans notre tête, comme nous ne sommes pas dans la sienne. Arrêtons-donc la divination et exprimons-nous convenablement.

– Comprendre qu’il n’est pas bon de toujours tout dire 

Pendant longtemps, j’ai cru que dire tout ce que l’on pensait à la personne concernée était une preuve de franchise. Or, j’ai compris par la suite qu’il n’était pas toujours bon de tout dire. En effet, bien qu’il faille s’exprimer afin de se faire respecter et d’exprimer nos besoins, si certaines choses ne nous concernent pas directement, pas besoin de les exprimer à tout va. Par exemple, si votre soeur n’a pas, selon vous, de très bons goûts vestimentaires, inutile de lui dire (sauf si cela lui nuit vraiment, mais c’est souvent loin d’être le cas). En fait, il vaut mieux garder pour soi certaines choses qui peuvent blesser inutilement les autres. Sauf si cela empiète sur votre propre bien-être. Il faut apprendre à respecter les autres dans  leurs qualités et leurs défauts, qui peuvent être différents des nôtres.

– Utiliser le “je” lors d’une confrontation avec l’autre

Quand vous décidez de vous confronter à une personne par rapport à un comportement de sa part qui vous déplaît et vous porte préjudice, c’est un bon début. Attention cependant à la manière dont vous l’exprimez. Il faut en réalité toujours utiliser le “je” et exprimer son ressenti, plutôt que d’utiliser le “tu” qui accuse l’autre, lequel a la sensation d’être attaqué et agressé. La façon de dire les choses aura donc un impact sur la réaction de l’autre. Par exemple, si vous dites : “tu es complètement stupide”, cela n’aura forcément pas le même impact que si vous dites : “j’ai trouvé ton comportement stupide cet après-midi”. Vous ne trouvez-pas ?

Bref, voici les principales méthodes qui vous aideront à vous affirmer. Cela ne sera pas toujours facile, mais tenez-bon. Car le jeu en vaut la chandelle.