Sélectionner une page

Avez-vous entendu parler des accords toltèques ? Si non, il est urgent de vous y intéresser. Les accords toltèques étaient au nombre de 4, avant de monter récemment à 5. La personne qui les a mis en valeur est Don Miguel Ruiz, auteur des livres “Les 4 accords toltèques” et plus récemment, “le 5ème accord toltèque”. Si, après avoir lu cet article, vous souhaitez acquérir plus de connaissances sur le sujet, n’hésitez pas à aller dans la rubrique “bibliographie”, afin d’obtenir les liens de ces deux livres. 

Mais donc, que sont exactement ces accords toltèques et à quoi servent-ils ? Peuvent-ils nous guérir de nos troubles anxieux ? Ou de tout autre problème ? Je vous donnerai déjà, en première partie, une explication générale sur ceux-ci. Et ensuite, nous verrons ensemble la description de ces 5 accords toltèques. Je donnerai, pour chacun d’entre eux, un exemple de cas concret, afin de bien vous permettre de comprendre et de les assimiler.

– Chacun vit dans son propre rêve

Comme l’auteur l’indique dans son livre, nous naissons tous purs et sans croyance particulière. Cependant, du fait de notre éducation, notre environnement et nos évènements de vie, nous développons chacun une personnalité, avec ses goûts, ses forces, ses faiblesses et ses croyances propres. Certaines personnes auront des personnalités similaires et dans ce cas, s’entendront souvent bien entre elles. Mais quelquefois, nous aurons affaire à des personnalités diamétralement opposées à la nôtre. Et dans ce cas, l’être humain aura tendance à montrer de l’intolérance, car il ne comprendra pas qu’une personne puisse penser d’une manière totalement différente à la sienne. 

En gros, nous avons tous été conditionnés et avons une perception de la vie en général. Mais, vu que tout être humain est unique, absolument tout le monde a une vision de la vie différente de la nôtre. Car, bien que certaines personnes se rapprochent de notre vision, ce n’est pas tout à fait la même. Car absolument personne n’a eu exactement la même vie, les mêmes événements au même moment, etc…Et c’est à partir de là que les êtres humains se compliquent la vie pour rien. Lorsqu’ils jugent les individus différents de lui. C’est-à-dire, tout le monde.

– Vivre en harmonie avec autrui et avec soi

Vous admettrez bien que nous nous prenons tous les jours la tête pour des choses insignifiantes, non ? Alors que celles-ci pourraient clairement vous passer au-dessus de la tête si vous appliquez les accords toltèques. Ceux-ci ne sont que du bon sens et sont très faciles à appréhender. Vous verrez cependant qu’il est très difficile de les mettre en application. Cela est dû à nos conditionnements. Mais si vous appliquez les accords toltèques dans votre vie aussi souvent que possible et régulièrement, vous vous déconditionnerez petit à petit de vos mécanismes de défense et ce, jusqu’à devenir une meilleure personne, beaucoup plus épanouie.

Vous ne pensez pas qu’il y a bien assez de problèmes dans notre vie pour s’en rajouter sans arrêt de nouveaux ? Examinons maintenant ensemble plus avant ces 5 accords toltèques.

1er accord toltèque : que votre parole soit impeccable 

“Parlez avec intégrité, ne dites que ce que vous pensez. N’utilisez pas la parole contre vous, ni pour médire sur autrui”.

– Explications :

Avec le premier des accords toltèques, l’auteur tient à nous mettre en garde ici sur le poids que les mots peuvent avoir envers autrui et envers nous. Car quand nous disons “ce ne sont que des mots”, ce n’est absolument pas vrai. Vous savez, tout comme moi, que les mots peuvent blesser et ronger une personne de l’intérieur, jusqu’à lui provoquer une rancune terrible envers quelqu’un. Un manque de confiance en elle général voire même, des maladies. Les mots ont donc un très grand pouvoir, faites très attention quand vous les utilisez. 

Vu que la parole a donc un fort pouvoir, il y a lieu de prendre soin de vous avec un discours intérieur vous valorisant et non l’inverse. De ce fait, vous améliorerez votre confiance en vous.

Et si vous souhaitez aller plus loin en vue d’améliorer votre confiance en vous, je vous suggère la formation de Jean LAVAL, coach en développement personnel que je suis. Et si vous souhaitez, dans un premier temps, juste vous renseigner, Jean a rédigé un guide gratuit à ce sujet que je vous invite à aller télécharger ci-dessous : 

Et là où la mise en application de cet accord risque d’être très difficile, c’est au niveau de la médisance. Car, il faut bien l’avouer, tout le monde médit. La plupart des individus aiment d’ailleurs les commérages. Tant que ceux-ci ne les touchent pas, bien entendu ! Nous médisons même sans nous en rendre compte. Essayez donc de ne plus médire.

Mais vu que tout le monde critique tout le monde, vous risquez de vous sentir seul, quelquefois, en ne rentrant pas dans le jeu des critiques. Certaines personnes pourront en effet se désintéresser de vous, car vous n’aurez pas de commérage à raconter et certains pourront même vous envier, du fait qu’ils n’arrivent pas eux-mêmes à cesser de critiquer. Mais ne vous laissez pas abattre, continuez sur ce chemin et donnez l’exemple aux autres. Vous contribuerez ainsi à un monde meilleur, car les autres feront, à force, comme vous.

– Cas concrets :

Attention, quand l’auteur dit qu’il faut que l’on dise ce que l’on pense, cela ne veut pas dire qu’il faut absolument tout dire. Par exemple, si vous pensez que Nicole est une abrutie, pas besoin de le lui dire. Cela ne fera que la blesser et ce ne sera pas forcément vrai. Par contre, si vous souhaitez émettre une critique constructive à une personne, car celle-ci pourrait l’aider à évoluer, vous pouvez le faire sans hésiter. Cependant, attention à trouver les bons mots. 

Par exemple, si votre meilleur ami Paul est trop jaloux avec sa compagne, afin d’éviter que celle-ci ne le quitte, vous pouvez lui dire la chose suivante. “Paul, tu sais, je pense que quelquefois, ta jalousie va un peu trop loin. Et que cela nuit au bonheur de ta compagne. Et au tien, d’ailleurs. Voudrais-tu en parler ? Nous pouvons même te prendre un rendez-vous avec un thérapeute, si tu veux”.

Concernant notre discours intérieur, il est bien souvent dû à des phrases blessantes que nous avons entendues sur nous dans le passé. L’auteur prend l’exemple, dans son livre, d’une petite fille qui adorait chanter et qui ne faisait que cela. Sa mère, en rentrant du travail un soir, de mauvaise humeur et fatiguée, s’est énervée. Elle lui a dit : “arrête de chanter avec ta voix de crécelle” ! Depuis, la petite, devenue adulte, n’a plus jamais chanté, étant persuadé d’avoir “une voix de crécelle”. Ce qui est malheureux, c’est que sa mère ne le pensait même pas. Elle était juste fatiguée. Mais n’a pas pris conscience du poids de ses mots. 

Cette personne aura tout intérêt à changer de discours avec elle-même. Quitte même à parler à sa mère de ce qui l’a blessé jadis. Et de se dire intérieurement “je ne sais pas si je chante bien, mais si j’aime bien chanter, je continuerai à le faire”. Voilà qui serait mieux, non ? Et peut-être même qu’elle pourra prendre des cours de chant, qui sait ? 

Concernant la médisance, voici un petit exercice que vous pourrez appliquer. Dès que vous sentez que vous avez envie de critiquer une personne, remplacez tout de suite ladite critique par un bon côté de sa personnalité. Cela va calmer votre colère à son égard. 

2ème accord toltèque : N’en faites jamais une affaire personnelle 

“ Ce que les autres disent et font n’est qu’une projection de leur propre réalité. Lorsque vous êtes immunisé contre cela, vous n’êtes plus victime de souffrances inutiles”

– Explications :

Pour le deuxième des accords toltèques, cela reprend ce que j’ai précisé plus haut. Chaque personne a sa propre perception du monde, sa vérité. Et tout le monde pense connaître la vérité absolue, alors qu’aucune vérité n’est absolue. Et comme je l’ai indiqué également, chacun a donc du mal avec le fait qu’une autre personne puisse penser différemment ou contredire sa vérité. Le fait donc de se faire critiquer par autrui nous fait un grand mal. Cet accord nous sert donc à passer outre la critique, afin que celle-ci n’ait pas de conséquences négatives sur nous. 

L’idée est donc de se dire que quand une personne vous critique sur un de vos comportements, c’est son opinion à elle, sa vérité. Cela la concerne donc directement. Vous n’avez rien à voir avec cela. Vous n’êtes d’ailleurs pas forcément comme cela. En gros, il faut laisser la personne avec sa pensée, laquelle lui appartient et ne vous concerne pas. Prenez-donc de la distance avec la critique d’autrui, comme si elle n’avait rien à voir avec vous. 

Après, si vous pensez qu’une critique est constructive, rien ne vous empêche, bien évidemment, d’en tenir compte.

Et pour vous aider à dépasser la critique, je vous recommande le programme de Didier PENISSARD, coach, conférencier et auteur dans le développement personnel. Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à cliquer sur le bouton ci-dessous : 

– Cas concret :

Imaginons que vous apprenez, par un de vos collègues, qu’une collègue a dit de vous que vous étiez quelqu’un d’égoïste. Bon…et vous, pensez-vous que vous l’êtes également ? Si tel est le cas, vous pouvez peut-être le prendre comme une critique constructive et travailler sur cela. Même si, bien souvent, cela ne s’avère pas très constructif quand c’est dit par derrière…Mais si vous lui donnez un coup de mains dès qu’elle a trop de travail, que vous la dépannez à chaque fois pour qu’elle puisse prendre ses congés quand elle le veut etc… devez-vous prendre à coeur cette critique ? 

Et d’ailleurs, si dans votre vie en général, vous ne pensez pas être quelqu’un d’égoïste, pourquoi vous vexer avec cette remarque ? C’est juste ce que pense votre collègue, laquelle a sa propre vérité. Ce n’est en aucun cas LA vérité. Donc, vous n’êtes pas comme cela et donc, vous pouvez passer à autre chose. 

Et puis, dites-vous que vous pourrez être quelquefois égoïste. Cela arrive à tout le monde. Même si certains vous diront ne jamais l’être. Et quelquefois, vous ferez aussi preuve d’une grande générosité. Vous êtes donc bien plus complexe que cela, avez des milliers de comportements et de facettes différents de vous. Ne laissez personne vous définir !

3ème accord toltèque : ne faites aucune supposition

“Ayez le courage de poser des questions et d’exprimer vos vrais désirs. Communiquez clairement avec les autres pour éviter tristesse, malentendus et drames”

– Explications :

C’est vraiment quelque chose que nous avons tous tendance à faire et qui génère une grande source de stress et de souffrance. Pourtant, cette habitude de supposer peut être si facilement changée !

Deux situations peuvent se présenter. La première se présente quand vous utilisez le mécanisme de projection. C’est-à-dire que quelquefois, vous êtes de telle humeur mais ne le remarquez même pas. Et vous allez projeter directement votre humeur sur l’autre, en vous faisant croire que ladite humeur vient de lui. 

La deuxième situation se présente quand vous interprétez une phrase ou un comportement qu’une personne a eu envers vous et ce, souvent de manière négative. Cependant, au lieu de jouer carte sur table avec la personne, vous préférez ne rien dire, ruminer dans votre coin, continuer à vous faire des films. Donc, bien souvent, la relation avec ladite personne en prendra un coup, du fait d’un bon nombre de non-dits de part et d’autre. 

Cette situation est extrêmement fréquente, car l’être humain a beaucoup de mal avec la confrontation. Pourtant, la communication est primordiale pour éviter ce genre de situation. Car c’est le seul moyen de constater que bien souvent, nos suppositions étaient infondées et que nous nous sommes faits des films pour rien. Et si vraiment vous avez correctement supposé, cela permettra au moins de clarifier la situation avec la personne concernée et ainsi, de faire la paix. En vous affirmant ainsi, vous verrez que vous serez d’ailleurs très respecté.

D’ailleurs, Jean LAVAL, coach que j’ai nommé plus haut, a également créé une formation sur l’affirmation de soi si cela vous intéresse et également un livret gratuit que vous pouvez télécharger ci-dessous : 

– Cas concrets :

Vous vous réveillez de mauvaise humeur, ce matin. Assez aigri, disons. Au travail, vous trouvez que votre patron est aigri et de plus, il vous a à peine dit bonjour. Mais quelle mouche l’a piqué et qu’a-t-il contre vous ? Vraiment, vous ne supportez pas les gens aigris ! Vous allez donc ruminer dans votre coin, en pensant que le patron vous a mis de mauvaise humeur, alors que vous l’étiez dès le départ. Vous avez projeté votre mauvaise humeur sur lui.

Votre belle-mère vous a fait une réflexion sur votre façon de vivre. Elle a, d’après vous, insinué que vous étiez casanier. Et être casanier, pour celle-ci, n’est pas bien vu. Au lieu de ruminer et de maudire votre belle-mère, ce qui aboutira fatalement à une grande rancoeur, pourquoi ne pas lui faire part de ce que vous avez compris ? Et que cela vous a blessé ? Vous verrez qu’elle n’a peut-être pas du tout eu l’intention de vous faire du mal, qu’elle plaisantait et que votre tempérament ne la dérange pas. En désamorçant directement le conflit en parlant calmement, la situation ne s’aggravera pas et vous l’oublierez. Vous éviterez ainsi de tomber dans la rancoeur, laquelle pouvant déclencher, à la longue, des maladies.

4ème accord toltèque : Faites toujours de votre mieux

“Votre mieux change d’instant en instant. Quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger”

– Explications :

Cet accord devrait être appliqué d’urgence par les perfectionnistes ! En réalité, il faut bien le reconnaître, notre humeur est un peu comme la météo. Un jour il pleut à torrent, un autre jour il fait gris, un autre jour il fait merveilleusement beau…Bref, nos humeurs peuvent changer et fluctuer très rapidement. Et de ce fait, notre forme aussi.

Il y a bien sûr les évènements de la vie, positifs et négatifs, qui peuvent impacter la santé mentale et physique de l’individu. Mais il y a aussi des jours où, vous ne savez pas pourquoi, en vous levant, ça ne va pas. Vous vous sentez fatigué, énervé, angoissé…alors que pourtant, vous avez bien dormi et que la veille, vous étiez vraiment en forme ! Vous n’avez, de plus, eu aucune contrariété particulière entre-temps. Mais bon, ça ne va pas…

C’est par rapport à cela que cet accord souhaite vous faire ouvrir les yeux. Et c’est pour cela que je dis que cet accord convient bien aux perfectionnistes, étant donné que ceux-ci se donnent à 100 % constamment et ce, quel que soit leur état. Cependant, en agissant comme cela, ils risquent tout simplement de trop tirer sur la corde et ce, jusqu’au jour où leur corps ne répondra plus. 

Par contre, ne pas agir du tout par paresse n’est pas mieux. Car vu que nous ne faisons pas de notre mieux, nous regretterons le fait de ne pas avoir assez agi. Nous nous jugerons.

Il y a donc lieu de trouver un juste milieu et ce, en tenant compte sans arrêt de votre état de santé du moment. Il faut donner le meilleur de vous en chaque circonstance, mais en vous rappelant bien que votre niveau de mieux d’aujourd’hui sera peut-être 50 % moins élevé que le mieux d’hier. Le tout est donc d’agir de manière équilibrée, sans paresse et sans trop tirer sur la corde.

– Cas concrets :

Vous vous levez aujourd’hui avec une gastro. Vous devez aller au travail et comptez travailler aussi intensément que la veille, où vous étiez en pleine forme et avez fini votre journée à 20 h. Croyez-vous vraiment que vous serez aussi productif que la veille, votre journée dans les toilettes au travail ? Dans ce cas précis, il y a lieu de ne pas tirer sur la corde. Il serait plutôt judicieux de choisir d’appeler votre travail pour lui faire part de votre absence aujourd’hui, ce qui vous permettra de vous reposer et récupérer.

Vous êtes en recherche d’emploi. Et vous désirez vraiment en trouver un, mais vous n’avez pas envie de chercher. Vous passez donc vos journées devant la télévision, en vous plaignant de votre sort. Dans ce cas contraire, vous n’en faites clairement pas assez et le travail ne viendra pas sonner à votre porte. Il y a donc lieu de sortir de votre paresse et de prendre plusieurs heures de votre temps par jour à la recherche effective d’un emploi.

Vous vous levez aujourd’hui avec de grands troubles anxieux et une grande fatigue et ce, sans raison apparente. Vous appréhendez fortement votre journée de travail qui s’annonce alors que la veille, tout allait bien et vous étiez même content d’y aller. D’ailleurs, vous y étiez très productif. Dans ce cas, il y a lieu de vous dire qu’il va falloir y aller mollo, aujourd’hui, au travail. Dites-vous bien que vous ne serez peut-être pas aussi productif que la veille et que ce n’est pas grave. Il y aura des jours meilleurs. Vous appliquerez donc, dans ce cas, l’équilibre. Vu que ce ne sont que des troubles anxieux, il n’y a pas lieu de pratiquer la paresse et vous pouvez aller travailler. Votre peur se dissipera dans la journée. Mais par contre, il ne faudra pas trop tirer sur la corde, vu votre état un peu fébrile du jour.

animation ruedesplantes

5ème accord toltèque : soyez sceptique, mais apprenez à écouter 

“Ne vous croyez pas vous-même, ni personne d’autre. Utilisez la force du doute pour remettre en question tout ce que vous entendez : est-ce vraiment la vérité ? Écoutez l’intention qui sous-tend les mots et vous comprendrez le véritable message”

– Explications :

Concernant le discours intérieur, je vous laisse prendre à nouveau connaissance du 1er accord toltèque ci-dessus. Quand nous nous dénigrons, nous ne sommes pas obligés de nous croire. Car cela n’est bien souvent pas la vérité. C’est seulement notre vérité, provenant de croyances négatives dues à notre éducation et aux phrases qu’autrui à pu prononcer à notre égard. Mais peut-être qu’il existe d’autres vérités, à savoir, que d’autres personnes nous trouvent exceptionnels ? 

Ensuite, cet accord souhaite surtout travailler sur l’effet de masse en société. Il vous aidera à être vous-même, en ayant vos propres opinions et ce, sans laisser votre authenticité se faire neutraliser par la norme sociale. En gros, même si tout un groupe pense telles choses sur telle personne, ne pensez pas la même chose automatiquement. Apprenez d’abord à la connaître sans préjugés et vous verrez si ce qui est dit sur elle est bien la vérité.

Il est en effet important de vous faire votre propre opinion. Car bien souvent, l’effet de groupe est une solution de facilité. Les individus s’en prennent à un bouc émissaire afin qu’eux-mêmes ne soient pas la cible d’attaques. Ils ne connaissent même pas la personne mais qu’importe, ils pensent comme le groupe. Car cela leur donne un sentiment de sécurité. Cet effet de groupe se retrouve dans bon nombre de domaines. Professionnel, scolaire…Il n’y a d’ailleurs qu’à observer la cruauté dont de jeunes élèves peuvent faire preuve à l’égard de leur “proie”

– Cas concrets :

Vous vous trouvez vraiment bête, car vous avez fait une erreur dans un dossier au travail, l’autre jour. Vous perdez donc votre confiance en vous. Pourtant, vous avez un BAC + 8 et un job prestigieux. Vous êtes admiré par vos collègues. Pensez-vous donc que vous êtes vraiment bête ? 

Il y a un nouvel employé dans votre service. Tous vos collègues vous mettent en garde. Celui-ci est bizarre. Il ne parle pas, est antisocial. Il n’est pas sympathique. Vous allez faire connaissance avec lui et surprise ! Vous le trouvez, de votre côté, extrêmement sympathique. Il n’est juste pas trop à l’aise en société et très timide. Mais une fois en confiance, celui-ci a beaucoup de discussion. Il est très intelligent et sera, vous le savez, quelqu’un sur qui vous pourrez compter. Bravo ! Vous n’avez pas suivi la masse !

Les 5 accords toltèques, s’ils sont mis en oeuvre, vont grandement vous faire évoluer dans la vie. Grâce à eux, vous allez vraiment vous faciliter la vie et surtout, la savourer. Ce n’est que du bon-sens, mais vous verrez qu’il est très difficile de les mettre en oeuvre. Cependant, avec de l’entraînement, vous verrez que le jeu en vaut vraiment la chandelle.

Yoga